Interview de M. Olivier Dussopt, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'action et des comptes publics, à BFM Business le 26 août 2019, sur le budget 2020. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de M. Olivier Dussopt, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'action et des comptes publics, à BFM Business le 26 août 2019, sur le budget 2020.

Personnalité, fonction : DUSSOPT Olivier.

FRANCE. Secrétaire d'Etat à l'action et aux comptes publics

ti :

HEDWIGE CHEVRILLON
Olivier DUSSOPT, bonjour.

OLIVIER DUSSOPT
Bonjour.

HEDWIGE CHEVRILLON
Merci d'être avec nous, ravie de faire ma rentrée ici dans « La matinale », avec Christophe JAKUBYSZYN, avec vous. Olivier DUSSOPT, je rappelle que vous êtes secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Action et des Comptes publics, beaucoup de dossiers pour la rentrée, vous avez le budget évidemment, préparation de la loi de Finances 2020, on attend les arbitrages, j'espère que vous allez pouvoir nous en préciser quelques-uns, les fonctionnaires, vous avez réussi à faire passer votre loi, qui a été validée par le Conseil d'Etat, et puis bien sûr la question des retraites, retraites pour les fonctionnaires. Lorsque vous regardez – vous n'êtes pas à Biarritz, heureusement pour nous – lorsque vous regardez ce qui se passe là-bas, est-ce que vous vous dites que ces tensions commerciales notamment, entre la Chine et les Etats-Unis, qui ont été encore ravivées ce week-end par Donald TRUMP, est-ce que ça peut avoir un impact sur la croissance française, plus que ce que vous vous attendiez ?

OLIVIER DUSSOPT
Les tensions commerciales sont toujours une mauvaise nouvelle, le président de la République l'a dit, il oeuvre, pendant tout ce G7, avant et après le G7 il continuera évidemment à apaiser, à faire en sorte que les relations entre les Etats-Unis et la Chine soient meilleures…

HEDWIGE CHEVRILLON
Enfin, c'est mal parti !

OLIVIER DUSSOPT
A faire en sorte que le multilatéralisme soit la règle plutôt que des relations conflictuelles d'Etat à Etat, ou de grandes régions à grandes régions. Donc, nous savons que les tensions commerciales peuvent avoir des conséquences sur l'activité économique, et nous voyons d'ailleurs, dans la zone euro…

HEDWIGE CHEVRILLON
Vous l'observez déjà.

OLIVIER DUSSOPT
Un certain nombre de pays, très dépendants des exportations, je pense à l'Allemagne, qui paie un lourd tribut à la diminution de la croissance mondiale. Nous avons la chance, aujourd'hui en France, d'avoir des prévisions de croissance, entre 1,4 %, autour de 1,4 %, qui nous permettent d'être à un bon niveau et qui nous permettent de préparer le budget dans des conditions plus favorables que beaucoup de nos voisins européens.

HEDWIGE CHEVRILLON
Mais, est-ce que vous allez tenir compte de ces tensions commerciales dans la préparation de ce budget 2020 ?

OLIVIER DUSSOPT
Oui, ça a déjà été le cas, puisque par rapport aux objectifs, aux programmations pluriannuelles, l'objectif de croissance pour l'année 2020 a été légèrement revu, pour faire en sorte que ce contexte international, géopolitique, soit intégré.

HEDWIGE CHEVRILLON
Mais est-ce que là, lorsque vous observez ce qui se passe cette dernière semaine, j'ai envie de dire, est-ce que vous ne vous dites pas il faut qu'on revoie encore…

OLIVIER DUSSOPT
Nous avons des prévisions…

HEDWIGE CHEVRILLON
A combien sur 2020 ?

OLIVIER DUSSOPT
Non, nous sommes sur une prévision de croissance à 1,4 % en 2020, cela nous semble une prévision raisonnable, et par ailleurs depuis le début du quinquennat nous préparons des budgets avec une sincérité absolue, la volonté d'avoir des prévisions qui collent à la réalité. Cela s'illustre, et les chiffres parlent pour nous, puisque sur les premiers exercices budgétaires nous n'avons pas pris de décret d'avance. C'est technique, mais ça démontre que nos prévisions étaient bonnes et nous avons tenus nos objectifs, y compris l'année passée, avec une exécution…

HEDWIGE CHEVRILLON
Enfin ça dépend quels objectifs Olivier DUSSOPT, lorsque vous regardez ce qui se passe notamment sur les suppressions de postes de fonctionnaires, mais on va y revenir dans un instant. Peut-être sur ce budget, un budget c'est toujours très politique forcément, on peut dire ça c'est un budget post-crise des gilets jaunes, est-ce que c'est un acte 2 pour vous, tel que vous l'avez conçu avec votre ministre de tutelle Gérald DARMANIN ?

OLIVIER DUSSOPT
C'est un acte 3, puisque c'est le troisième budget du quinquennat que nous construisons, et c'est un budget pour les Français, pour le pouvoir d'achat, et pour faire en sorte que le travail paye mieux. C'est le budget des engagements tenus. Nous allons maintenir notre trajectoire de redressement des comptes publics, avec la volonté d'un déficit public limité à 2,1 %, ce qui, sur les 20 ou 30 dernières années, serait historique, nous allons continuer à baisser le poids de la dépense publique dans le PIB, nous allons continuer à diminuer les prélèvements obligatoires et nous allons tenir nos objectifs et nos engagements, parmi les engagements je pense notamment à la troisième tranche, pour 80 % des ménages, de suppression de la taxe d'habitation, je pense à la revalorisation des pensions de retraite inférieures à 2000 euros, après le Grand débat que le président de la République avait souhaité. Je pense aussi à la diminution de l'impôt sur le revenu de 5 milliards d'euros, avec une particularité qu'il faut souligner – souvent on reproche aux hommes politiques, aux femmes politiques, d'avoir des prises…

HEDWIGE CHEVRILLON
Promesse du président MACRON le 25 avril dernier lors de sa conférence de presse.

OLIVIER DUSSOPT
D'avoir des prises de parole et de mettre beaucoup de temps pour le mettre en oeuvre. Le 25 avril le président de la République a dit « l'impôt sur le revenu des Français, qui le payent, va baisser de 5 milliards d'euros. » Habituellement, quand on annonçait une baisse d'impôt il fallait attendre le mois d'octobre de l'année d'après, cette année ça sera dès le mois de janvier, parce qu'avec le prélèvement à la source l'effet de la baisse d'impôt se ressentira sur l'impôt des Français, et donc sur leur revenu, dès la fin du mois de janvier 2020.

HEDWIGE CHEVRILLON
Vous êtes un magicien, parce qu'on cherche partout un peu les économies, avant la trêve estivale on disait qu'il manquait 3 milliards pour boucler votre budget, est-ce que vous les avez trouvés pendant cette trêve estivale ? Il y a des arbitrages qui sont en train d'être rendus là !

OLIVIER DUSSOPT
Nous travaillons, Gérald DARMANIN, moi-même, sous l'autorité du Premier ministre, avec l'ensemble des ministres, nous travaillons pour faire en sorte que ces objectifs soient tenus. Un exercice budgétaire ce n'est jamais un exercice simple, il faut toujours moins d'impôts, c'est une demande récurrente, mais les mêmes qui demandent moins d'impôts demandent parfois plus de dépense publique.

HEDWIGE CHEVRILLON
Est-ce que vous avez trouvé ces 3 milliards ?

OLIVIER DUSSOPT
Nous y travaillons et dans les prochains jours, d'ici la fin du mois, comme le veut la règle en la matière, Gérald DARMANIN et moi-même aurons l'occasion de présenter le projet de loi de Finances devant le Conseil des ministres et d'ici là nous aurons encore à rendre quelques arbitrages pour faire en sorte que les objectifs de redressement soient tenus, mais que les engagements pris par le président de la République, par le Premier ministre et par l'ensemble du gouvernement, soient tenus aussi, parce que c'est une réponse aux besoins des Français.

HEDWIGE CHEVRILLON
Est-ce que sur les niches fiscales ce sont les entreprises qui vont sans doute un peu payer les pots cassés en l'occurrence ? Crédit impôt recherche, donc vous allez toucher au crédit impôt recherche, notamment sur les modalités de fonctionnement du crédit impôt recherche.

OLIVIER DUSSOPT
Vous avez raison de le préciser, il ne s'agit pas de remettre en cause le crédit impôt recherche, c'est un bon outil pour la compétitivité et nous souhaitons qu'il soit maintenu. Il y a, dans son fonctionnement, dans des questions de trésorerie, certainement des ajustements, et Bruno LE MAIRE, avec Agnès PANNIER-RUNACHER, y travaillent de manière précise, constante, en lien avec les secteurs professionnels. L'objectif que nous avons, sur la question des niches fiscales…

HEDWIGE CHEVRILLON
Vous en espérez combien ?

OLIVIER DUSSOPT
Ce n'est pas de remettre en cause les outils qui permettent la compétitivité des entreprises, d'ailleurs nous maintenons notre trajectoire diminution de l'impôt sur les sociétés, nous avons…

HEDWIGE CHEVRILLON
Elle est ralentie.

OLIVIER DUSSOPT
Mais avec un objectif de 2022 qui reste le même ; nous avons transformé, en 2019, le crédit impôt de compétitivité emploi pour le transformer en allégement pérenne de charges, ça a un coût sur l'année 2019, mais c'est un engagement que nous avions pris, pour plus de simplicité, et l'objectif que nous avons est, je le répète, de maintenir les outils de compétitivité et de les conjuguer avec…

HEDWIGE CHEVRILLON
Ok. Crédit impôt recherche, le mécénat, les crédits d'impôt sur le mécénat, aussi, qu'est-ce qu'il y a d'autres pour les entreprises, il y a la DFS, ce sont les entreprises, en fait, qui sont touchées.

OLIVIER DUSSOPT
Ce sont plusieurs… vous avez cité des crédits d'impôt ou des crédits de cotisations sociales, pour la DFS, qui concernent effectivement le secteur des entreprises, mais nous avons pris le temps…

HEDWIGE CHEVRILLON
D'où le coup de gueule du président du MEDEF qui sera ici-même jeudi prochain.

OLIVIER DUSSOPT
Peut-être, mais Gérald DARMANIN et moi-même avons rencontré le président du MEDEF avant l'été, et nous lui avons montré, donné les éléments pour cela, que secteur d'activité par secteur d'activité, la politique que mène ce gouvernement, dans tous les secteurs, est une politique favorable à la compétitivité et à l'emploi, et qu'en 2022 l'ensemble des secteurs d'activité verront leurs conditions, publiques, en matière de fiscalité, en matière d'accompagnement de l'Etat, être améliorées.

HEDWIGE CHEVRILLON
Alors, sur quoi allez-vous faire des économies, parce que, ici-même, souvenez-vous, et vous vous en souvenez bien du reste, Olivier DUSSOPT, lorsque je vous avais posé la question sur l'objectif des 120.000 suppressions de postes de fonctionnaires, vous avez dit « c'est maintenu. » Depuis, évidemment, vous avez été…

OLIVIER DUSSOPT
Avant le Grand débat évidemment.

HEDWIGE CHEVRILLON
Absolument, avant les gilets jaunes, vous avez été contredit, notamment contredit par le président de la République qui a dit « ce n'est pas le moment de supprimer autant de postes. » Donc là, l'objectif il est ramené à 85.000, c'est ça ?

OLIVIER DUSSOPT
Le président de la République a dit deux choses à l'occasion de sa conférence de presse du 25 avril…

HEDWIGE CHEVRILLON
Oui, on ne va pas refaire la conférence de presse !

OLIVIER DUSSOPT
Non, on ne va pas la refaire, mais il a dit que cet objectif de diminution du nombre d'équivalents temps plein était un objectif à poursuivre, parce que c'est une des conditions de baisse de la dépense publique. Il a aussi dit qu'il avait entendu les Français demander plus de proximité, notamment en matière de santé, en matière d'éducation, et il a dit qu'aucun hôpital et aucune école ne fermeraient sans l'accord des maires. Nous avons revu, avec Gérald DARMANIN, la trajectoire…

HEDWIGE CHEVRILLON
Donc l'objectif c'est 85.000, c'est quoi votre objectif, la trajectoire ?

OLIVIER DUSSOPT
C'est environ 85.000, effectivement, puisque nous pensons que les collectivités locales pourront supprimer entre 60 et 70.000 équivalents temps plein…

HEDWIGE CHEVRILLON
Elles font des efforts elles.

OLIVIER DUSSOPT
Elles font des efforts, leur évolution de dépenses de fonctionnement en 2018 est à 0,3 %, soit bien en deçà de l'objectif que nous avions fixé collectivement…

HEDWIGE CHEVRILLON
Oui, et ils trouvent que l'Etat pourrait faire les mêmes économies, lorsqu'on écoute François BAROIN, le président notamment de l'Association des maires de France.

OLIVIER DUSSOPT
L'Etat fait des économies comme jamais, l'Etat fait des économies comme jamais, et diminue sa dépense publique, nous l'avons fait en 2018, et ça vient de démontrer d'ailleurs, lorsque le président de l'Association des maires de France souligne cela, il devrait aussi souligner qu'il y a quelques années nous demandions à ce que les collectivités fassent…

HEDWIGE CHEVRILLON
15.000 suppressions de postes dans la fonction publique d'Etat, on est d'accord ?

OLIVIER DUSSOPT
Oui, c'est l'objectif.

HEDWIGE CHEVRILLON
Dont 2000 à Bercy. Bercy c'est toujours le parent pauvre, c'est toujours lui, c'est toujours là où ça se passe.

OLIVIER DUSSOPT
C'est peut-être l'administration qui se modernise beaucoup, effectivement, l'administration de Bercy se modernise avec le prélèvement à la source, se modernise en s'adaptant à la suppression de la taxe d'habitation, se modernise en mettant à profit, à chaque fois que c'est possible, les possibilités de dématérialisation, et vous avez raison de souligner que l'administration de Bercy est une administration qui a beaucoup contribué à la diminution…

HEDWIGE CHEVRILLON
L'Etat ne peut pas faire plus d'économies, le montant des économies dans le budget 2020 est programmé à hauteur de combien ?

OLIVIER DUSSOPT
L'Etat peut toujours faire plus en matière d'économies, mais dans ce cas-là il ne faut pas demander plus de services publics, il ne faut pas demander plus de solidarité.

HEDWIGE CHEVRILLON
Et là, le montant des économies réalisées par l'Etat est de combien dans le budget… ?

OLIVIER DUSSOPT
Nous sommes en train de prendre les tout derniers arbitrages, vous l'avez rappelé vous-même tout à l'heure, donc le chiffre sera précisé dans les prochaines semaines, les économies seront d'un montant suffisant pour permettre de tenir à la fois les engagements de redressement et un objectif de déficit autour de 2,1 % en 2020 et de tenir les engagements pris par le président de la République et par le Premier ministre devant les Français.

HEDWIGE CHEVRILLON
Olivier DUSSOPT, très rapidement, encore sur cette question. Les lettres d'arbitrage, de cadrage, ont été envoyées aux ministres, on est d'accord, il n'y a pas d'économies drastiques qui ont été demandées, vous êtes d'accord avec moi ?

OLIVIER DUSSOPT
Nous avons demandé à tous les ministres de revoir, point par point, politique par politique, action par action, à la fois l'opportunité de celle-ci puisque…

HEDWIGE CHEVRILLON
Mais réduction de dépenses à hauteur de combien ?

OLIVIER DUSSOPT
Lorsqu'une action n'est pas utile, ça peut arriver, il faut la remettre en cause, nous avons fixé des plafonds d'emplois, nous avons fixé des évolutions de dépenses, pour faire en sorte, je le répète, que ces engagements soient tenus. J'entends bien que vous souhaitez un chiffre…

HEDWIGE CHEVRILLON
Oui, oui, parce que…

OLIVIER DUSSOPT
Nous sommes dans une période d'arbitrages, vous l'avez rappelé vous-même, donc nous continuons à travailler avec chacun des ministres pour faire en sorte que ce budget, le budget de l'année 2020, je le répète, soit le budget des engagements tenus.

HEDWIGE CHEVRILLON
Une question sur la réforme des retraites pour les fonctionnaires, pour le 5 septembre vous recevez les syndicats. Quand est-ce que, par exemple quand on est contrôleur à la SNCF on part à 57 ans, lorsqu'on est conducteur on part à 52 ans, l'âge pivot de 64 ans comment ça va se passer pour les fonctionnaires dans le cadre de la réforme des retraites conduite par Jean-Paul DELEVOYE ?

OLIVIER DUSSOPT
Le 5 septembre je réunis effectivement l'ensemble des organisations syndicales de la fonction publique et les employeurs publics pour aborder un point principalement, le calendrier de publication des décrets d'application de la loi de transformation de la fonction publique, et vous avez rappelé que le Conseil constitutionnel l'avait intégralement validé, ce dont je me félicite. Nous évoquerons évidemment, très certainement, la question de la réforme des retraites, avant la concertation annoncée par le Premier ministre…

HEDWIGE CHEVRILLON
Est-ce qu'il y aura un âge pivot pour la fonction publique ?

OLIVIER DUSSOPT
Il y a une volonté, c'est que les systèmes s'uniformisent. Vous avez évoqué quelques professions qui relèvent, soit de régimes spéciaux, soit de ce qu'on appelle la catégorie active, c'est un point que nous devons revoir, sur lequel nous devons travailler, pour garantir l'équité tout en tenant compte d'un certain nombre de spécificités, un peu comme nous le faisons déjà dans le privé avec le compte de pénibilité.

HEDWIGE CHEVRILLON
Oui, on voit que vous tournez, que les arbitrages ne sont pas encore complètement rendus.

OLIVIER DUSSOPT
C'est normal, nous sommes dans cette période.

HEDWIGE CHEVRILLON
Merci beaucoup Olivier DUSSOPT d'avoir été avec nous, secrétaire d'Etat auprès de Gérald DARMANIN, merci beaucoup.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 10 septembre 2019

Rechercher