ALLOCUTION DE M. VALERY GISCARD D'ESTAING AU DINER OFFERT EN SON HONNEUR A LA MAISON BLANCHE PAR M. GERALD FORD PRESIDENT DES ETATS-UNIS D'AMERIQUE WASHINGTON, LE 17 MAI 1976 | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

ALLOCUTION DE M. VALERY GISCARD D'ESTAING AU DINER OFFERT EN SON HONNEUR A LA MAISON BLANCHE PAR M. GERALD FORD PRESIDENT DES ETATS-UNIS D'AMERIQUE WASHINGTON, LE 17 MAI 1976

Personnalité, fonction : GISCARD D'ESTAING Valéry.

FRANCE. PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

Circonstances : DINER OFFERT PAR M. GERALD FORD

ti : 'POLITIQUE ETRANGERE ' RELATIONS INTERNATIONALES ' RELATIONS FRANCO - AMERICAINES ' BICENTENAIRE' MONSIEUR LE PRESIDENT 'FORD GERALD', MADAME 'FORD BETTY' MESDAMES, MESSIEURS, CE MATIN, LORSQUE NOUS AVONS PRIS L'AVION A PARIS A MIDI, ET LORSQUE NOUS SOMMES ARRIVES A WASHINGTON A DIX HEURES, J'AI EU LE SENTIMENT - J'AI EU LE SENTIMENT DELICIEUX - D'AVOIR FAIT RECULER L'ETERNITE DE DEUX HEURES. MAIS CE SOIR, EN VOUS ECOUTANT, MONSIEUR LE PRESIDENT, J'AI EU LE SENTIMENT QUE VOUS FAISIEZ RECULER L'ETERNITE DE DEUX SIECLES CAR VOUS EVOQUIEZ AVEC TANT DE CHALEUR, DE CONNAISSANCE ET D'AMITIE LE BICENTENAIRE QUE CE DINER ME PARAISSAIT RESSEMBLER A CELUI QUI FAISAIT SOUFFRIR LE GENERAL WASHINGTON EN 1776 'DATE'. LA SIMPLICITE SOLENNELLE DONT VOUS AVEZ ENTOURE LA PRESENCE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE, ET DE CEUX QUI L'ACCOMPAGNENT, DONNE A CETTE RENCONTRE SON VRAI CARACTERE : LA COMMEMORATION CONTEMPORAINE D'UN EVENEMENT DU PASSE QUI RESTE VIVANT POUR NOUS TOUS, ET QUE NOUS NOUS REJOUISSONS DE CELEBRER ENSEMBLE. CE N'EST PAS UNE REUNION D'ARCHEOLOGUES SUR LE TRACE D'UNE VILLE MORTE, C'EST LA FETE JOYEUSE ET CHALEUREUSE D'UNE DE CES GRANDES IDEES, TOUJOURS VIVANTES, DONT ON A DIT QU'IL SUFFISAIT QU'ELLES JAILLISSENT DANS UN SEUL ESPRIT POUR EMBRASER LE MONDE : JE VEUX DIRE LA LIBERTE DES HOMMESÕ¿
'POLITIQUE ETRANGERE ' RELATIONS INTERNATIONALES ' RELATIONS FRANCO - AMERICAINES ' BICENTENAIRE' J'AURAI, AU-COURS DE MON SEJOUR AUX ETATS-UNIS, L'OCCASION D'EVOQUER, SUR LES LIEUX MEMES DES EVENEMENTS, QUELQUES UNS DES MOMENTS LES PLUS CELEBRES DU COMBAT POUR VOS LIBERTES. MAIS, EN M'ADRESSANT CE SOIR AU PRESIDENT DES ETATS-UNIS 'FORD GERALD' ET, AVEC LUI, AU PEUPLE AMERICAIN, JE VOUDRAIS DIRE COMBIEN JE ME REJOUIS DE LA COMPREHENSION QUI S'EST ETABLIE ENTRE NOS DEUX GOUVERNEMENTS, COMBIEN JE LA CROIS PROFITABLE POUR NOS DEUX PAYS ET UTILE POUR LE PROGRES DU MONDE. C'EST PARCE QUE NOUS SENTIONS L'UN ET L'AUTRE, MONSIEUR LE PRESIDENT, QUE L'AMITIE FRANCO - AMERICAINE REPOND A UN BESOIN ACTUEL QUE NOUS AVONS TENU, DES NOS PRISES DE FONCTIONS, A NOUS RENCONTRER, ET QUE J'AI EU LE PLAISIR DE VOUS ACCUEILLIR A LA MARTINIQUE, IL Y A DIX-HUIT MOIS. SI J'EVOQUE LE SOUVENIR DE CETTE RENCONTRE, C'EST PARCE QU'ELLE FUT LA PREMIERE, C'EST AUSSI POUR CONSTATER QUE L'ESPRIT DE NOS ENTRETIENS INSPIRE AUJOURD'HUI L'ENSEMBLE DE NOS RELATIONS. CE QUE L'ON A APPELE "L'ESPRIT DE LA MARTINIQUE" EST FAIT A LA FOIS DE CONFIANCE ET DE FRANCHISE, DE CONSIDERATION MUTUELLE ET DE CONSCIENCE DE NOTRE SOLIDARITE. IL N'IMPLIQUE, DE PART ET D'AUTRE, AUCUN RENONCEMENT A L'INDEPENDANCE DE NOS JUGEMENTS ET AUX RESPONSABILITES QUI NOUS APPARTIENNENT. N'EST-CE PAS RICHARD HENRY LEE QUI DECLARAIT EN 1776 'DATE' "IT IS NOT CHOICE BUT NECESSITY THAT CALLS FOR INDEPENDENCE AS THE ONLY MEANS BY WHICH FOREIGN ALLIANCE CAN BE CONDUCTED" ' L'INDEPENDANCE N'EST PAS UN CHOIX MAIS UNE NECESSITE, LA SEULE QUI PERMETTE DE MENER A BIEN UNE ALLIANCE ETRANGERE'. CECI SUPPOSE UNE VOLONTE COMMUNE DE DISSIPER LES MALENTENDUS, DE REFUSER LES PROCES D'INTENTION ET DE RECHERCHER LE DIALOGUE. JAMAIS, JE CROIS, LES CONTACTS N'ONT ETE PLUS FREQUENTS ENTRE NOS DEUX GOUVERNEMENTS, LES CONSULTATIONS PLUS CONTINUES, LA COOPERATION PLUS FRANCHE. JAMAIS NON PLUS IL N'EST MIEUX APPARU QUE SI LES CHEMINEMENTS SONT PARFOIS DIFFERENTS, LES OBJECTIFS QUE NOUS POURSUIVONS SONT INSPIRES D'UN MEME IDEAL DE LIBERTE, DE PAIX ET DE JUSTICE, QUI EST CELUI DE NOS DEUX PEUPLESÕ
'POLITIQUE ETRANGERE ' RELATIONS INTERNATIONALES ' RELATIONS FRANCO - AMERICAINES ' BICENTENAIRE' IL EST VRAI QUE LES EVENEMENTS ONT BEAUCOUP SOLLICITE NOTRE ATTENTION ; QU'IL S'AGISSE DE LA SECURITE DE L'EUROPE, DES PROBLEMES DE LA MEDITERRANEE, DU CONFLIT DU PROCHE-ORIENT, DE LA TRAGEDIE LIBANAISE, DE L'EVOLUTION DE L'AFRIQUE AUSTRALE, DE LA STABILITE ECONOMIQUE DU MONDE OCCIDENTAL, DE L'EQUILIBRE NOUVEAU A DEFINIR ENTRE LES PAYS INDUSTRIALISES ET LES PAYS EN DEVELOPPEMENT, CHAQUE FOIS LES ETATS-UNIS ET LA FRANCE SONT NECESSAIREMENT CONCERNES. LA FRANCE, CERTES, NE DISPOSE PAS DES MEMES MOYENS D'ACTION QUE LES ETATS-UNIS, MAIS C'EST UN FAIT QUE L'INDEPENDANCE DE SA POLITIQUE, L'EFFORT ACCRU QU'ELLE ACCOMPLIT, ET QU'ELLE ACCOMPLIRA POUR SA DEFENSE, LES AMITIES QU'ELLE A GARDEES EN DE NOMBREUSES PARTIES DU MONDE, ET NOTAMMENT EN AFRIQUE, SON DYNAMISME ECONOMIQUE, ENCORE PEU CONNU DE VOTRE PAYS, LUI DONNENT UNE AUDIENCE D'AUTANT PLUS ASSUREE QUE PERSONNE NE MET EN DOUTE SON ATTACHEMENT A LA PAIX. LA FRANCE PEUT ETRE POUR LES ETATS-UNIS, COMME LES ETATS-UNIS LE SONT POUR ELLE, UN ALLIE D'AUTANT PLUS SUR QUE SA FIDELITE N'EST PAS UNE SIMPLE COMPLAISANCE. L'EXPERIENCE DEMONTRE QUE LORSQUE SE POSENT DES PROBLEMES DE PORTEE MONDIALE, L'ENTENTE ET LA COOPERATION FRANCO - AMERICAINES SONT TOUJOURS BENEFIQUES. L'AFFIRMATION A HELSINKI DES PRINCIPES D'UNE DETENTE QUI, POUR VOUS COMME POUR NOUS, EXCLUT A LA FOIS L'AFFRONTEMENT ET LA DEMISSION, LA RESOLUTION MANIFESTEE A RAMBOUILLET PAR LES PRINCIPALES PUISSANCES INDUSTRIELLES D'ASSUMER LEURS RESPONSABILITES FACE A LA CRISE DONT NOUS SORTONS VRAIMENT MAINTENANT ENSEMBLE, TEMOIGNENT DES RESULTATS AUXQUELS NOUS POUVONS PARVENIRÕ
'POLITIQUE ETRANGERE ' RELATIONS INTERNATIONALES ' RELATIONS FRANCO - AMERICAINES ' BICENTENAIRE' JE SOUHAITE, MONSIEUR LE PRESIDENT 'GERALD FORD', QUE CE VOYAGE SERVE AUSSI AU PEUPLE AMERICAIN A BIEN CONNAITRE LE PEUPLE FRANCAIS. CERTES, NOTRE ORIGINE LATINE MARQUE NOTRE CARACTERE. CERTES, NOUS SOMMES IMPULSIFS ET ENTHOUSIASTES. MAIS NOUS SOMMES AUSSI UN PEUPLE TENACE ET FIDELE. C'EST CE QUI NOUS A PERMIS DEPUIS DES SIECLES DE TRAVERSER LES TOURMENTES DE L'EUROPE, ET C'EST CE QUI NOUS PERMET AUJOURD'HUI DE VOUS DIRE QUE LA FRANCE EST, POUR SES PARTENAIRES DES BONS ET DES MAUVAIS JOURS, UNE AMIE SURE. JE SOUHAITE QUE CETTE ENTENTE ETABLIE ENTRE NOUS RESTE TELLE, QUE, POUR REPRENDRE L'INSCRIPTION QU'UN DE MES PARENTS FAISAIT GRAVER SUR LA TOMBE D'UN OFFICIER FRANCAIS MORT A BOSTON, LE 15 SEPTEMBRE 1778 'DATE' "TOUS LES EFFORTS QU'ON OSERAIT TENTER POUR SEPARER LA FRANCE ET L'AMERIQUE SOIENT A JAMAIS INFRUCTUEUX". C'EST DANS CET ESPRIT, MONSIEUR LE PRESIDENT, QUE JE FORME DES VOEUX POUR VOTRE BONHEUR ET VOTRE ACTIVITE PERSONNELS, CEUX DE MADAME FORD ET DE VOTRE FAMILLE, ET QUE JE LEVE MON VERRE EN L'HONNEUR DE L'INDEPENDANCE DES ETATS-UNIS D'AMERIQUE ET DE L'AMITIE BICENTENAIRE DE NOS DEUX PEUPLESÕ¿

Rechercher