INTERVIEW DE M. GISCARD D'ESTAING AU JOURNAL LE MONDE AVANT L'OUVERTURE DE LA CONFERENCE FRANCO-AFRICAINE, LE 4 MAI 1976 | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

INTERVIEW DE M. GISCARD D'ESTAING AU JOURNAL LE MONDE AVANT L'OUVERTURE DE LA CONFERENCE FRANCO-AFRICAINE, LE 4 MAI 1976

Personnalité, fonction : GISCARD D'ESTAING Valéry, DECRAENE Philippe.

FRANCE. PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE; FRANCE. JOURNALISTE

Circonstances : OUVERTURE DU SOMMET FRANCO-AFRICAIN

ti : QUESTION.- UNE CONFERENCE REGROUPANT UN CERTAIN NOMBRE DE CHEFS_D_ETATS D'AFRIQUE SE TIENDRA A PARIS LE 10 MAI '1976 ' DATE'. QUELS OBJECTIFS ESSENTIELS SE PROPOSENT CES PARTICIPANTS ? REPONSE.- L'ORDRE_DU_JOUR DE CETTE RENCONTRE SERA ECONOMIQUE MEME SI L'ON PEUT, D'ORES ET DEJA, PREVOIR QUE L'ATMOSPHERE QUI PRESIDERA AUX DEBATS SERA POLITIQUE. IL S'AGIRA SURTOUT DE DEFINIR LA CONTRIBUTION QUE LES PARTICIPANTS SONT EN_MESURE D'APPORTER AUX DEUX GRANDS DEBATS ECONOMIQUES DU MOMENT QUI SE POURSUIVENT, L'UN AU-SEIN DE LA CNUCED, L'AUTRE DANS-LE-CADRE DU DIALOGUE NORD-SUD 'CCEI'. CERTES, IL EST DEJA ENCOURAGEANT QU'UN CERTAIN NOMBRE DE GENS ACCEPTENT DE DISCUTER EN_COMMUN MAIS IL EST INDISPENSABLE DE DEFINIR COMMENT CHACUN PEUT CONTRIBUER DE FACON CONCRETE A LA DEFINITION D'UN ORDRE ECONOMIQUE MONDIAL PLUS JUSTE EN ACCEPTANT DE RENONCER A CERTAINS AVANTAGES EN_FAVEUR DE SES PARTENAIRES. C'EST POURQUOI IL FAUT AVEC PRECISION RECENSER LES DOMAINES DANS LESQUELS DES DECISIONS SPECIFIQUES PEUVENT ETRE PRISES DANS CE SENS, QU'IL S'AGISSE DES RESSOURCES POTENTIELLES DES MATIERES ET DE LEURS PRIX, DE LEUR STOCKAGE, DES TRANSFERTS DE TECHNOLOGIE..Õ
'POLITIQUE ETRANGERE ' RELATIONS FRANCO - AFRICAINES' QUESTION.- IL S'AGIT DONC DE COOPERATION AU NIVEAU INTERNATIONAL ? REPONSE.- IL Y A DES DECISIONS A PRENDRE A L'ECHELON MONDIAL. CELLES-CI TENDENT NECESSAIREMENT A UNE CERTAINE APPROXIMATION. EN REVANCHE LA COOPERATION FRANCO - AFRICAINE EST PLUS PROCHE DES REALITES IMMEDIATES. IL S'AGIT DE RAPPORTS PLUS FACILES A REGLER QUE LES RAPPORTS INTERNATIONAUX EN GENERAL, PARCE QUE CE SONT DES RAPPORTS QUI PRESENTENT UN CARACTERE PRIVILEGIE. NEANMOINS LA COOPERATION CONSERVE DEUX DIMENSIONS : UNE DIMENSION INTERNATIONALE, QUE LA FRANCE NE NEGLIGE PAS DANS_LA MESURE OU ELLE S'EFFORCE PRECISEMENT D'INSTAURER UN NOUVEL ORDRE ECONOMIQUE MONDIAL : UNE DIMENSION SPECIFIQUE, QUI EST LIEE AU CARACTERE DES RAPPORTS QUE LA FRANCE ENTRETIENT AVEC CERTAINS ETATS. CES DERNIERS RAPPORTS SERONT PRESERVES, ETANT ENTENDU QU'IL FAUT EVITER CERTAINES EXTENSIONS QUI RISQUERAIENT D'EN AFFAIBLIR LA SUBSTANCE
-
'POLITIQUE ETRANGERE ' RELATIONS FRANCO - AFRICAINES' QUESTION.- LA RENCONTRE DE PARIS DOIT BIEN, EN PRINCIPE, REGROUPER UN PLUS GRAND NOMBRE DE CHEFS_D_ETAT QUE LA CONFERENCE DE BANGUI ? REPONSE.- OUI, CETTE ANNEE DE NOUVEAUX CHEFS_D_ETAT PARTICIPERONT AUX TRAVAUX. MAIS, PERSONNELLEMENT, JE N'ATTACHE PAS UNE IMPORTANCE EXCEPTIONNELLE AU FAIT QUE NOUS NOUS RETROUVIONS TRES NOMBREUX AUTOUR D'UNE MEME TABLE. LA FRANCE NE CHERCHE PAS A ETENDRE SYSTEMATIQUEMENT LE NOMBRE DE SES PARTENAIRES. QUESTION.- QUEL NOM PRECIS DONNER A DE TELLES ASSISES QUI ONT, SEMBLE-T-IL, TENDANCE A S'INSTITUTIONNALISER ? REPONSE.- POURQUOI FAIRE DE LA SEMANTIQUE ? IL NE S'AGIT PAS, EN TOUS CAS, D'UNE CONFERENCE DES ETATS DE LA ZONE FRANC, PUISQUE CERTAINS ETATS MEMBRES DE CETTE ZONE NE SERONT PAS REPRESENTES ALORS QUE D'AUTRES PAYS APPARTENANT A DES ZONES MONETAIRES DIFFERENTES ENVERRONT UNE REPRESENTATION. IL NE S'AGIT PAS NON PLUS D'UNE REUNION FRANCOPHONE PROPREMENT DITE. LE TERME DE CONFERENCE FRANCO - AFRICAINE ME SEMBLE LE PLUS APPROPRIE, BIEN QUE LE FAIT QUE LES SEYCHELLES Y PARTICIPENT PEUT INCITER CERTAINS A TROUVER QUE LE QUALIFICATIF DE FRANCO - AFRICAIN NE RECOUVRE QUE PARTIELLEMENT LA REALITE GEOGRAPHIQUE AU SENS STRICT. QUESTION.- ESTIMEZ-VOUS QU'EN-MATIERE DE FRANCOPHONIE L'AGENCE DE COOPERATION CULTURELLE ET TECHNIQUE DES PAYS FRANCOPHONES JOUE UN ROLE SATISFAISANT ? REPONSE.- CETTE AGENCE EST UN BON INSTRUMENT. MAIS A PROPOS DE LA COOPERATION, EXPRESSION D'UNE SOLIDARITE QUE JE RESSENS, IL ME SEMBLE UTILE DE PRECISER DEUX CHOSES : BIEN QUE, POUR DES RAISONS HISTORIQUES, FRANCOPHONIE ET COOPERATION COINCIDENT PARFOIS, IL S'AGIT DE DEUX CONCEPTS FONDAMENTALEMENT DIFFERENTS ET IL NE DOIT PAS Y AVOIR ENTRE EUX DE CORRELATION ABSOLUE ; D'AUTRE_PART, IL FAUT ENLEVER DU CONCEPT DE COOPERATION LA NOTION D'IMPERIALISME SOUS TOUTES SES FORMES, QU'IL S'AGISSE D'IMPERIALISME CULTUREL OU MEME SIMPLEMENT LINGUISTIQUE
-
'POLITIQUE ETRANGERE ' RELATIONS FRANCO - AFRICAINES' QUESTION.- LES STRUCTURES DE COOPERATION ONT ETE SIMPLIFIEES, NOTAMMENT PAR LA SUPPRESSION DU SECRETARIAT GENERAL POUR LES AFFAIRES AFRICAINES ET MALGACHES 'JACQUES FOCCART'. CEPENDANT, DES CONFLITS DE COMPETENCE APPARAISSENT ENCORE ENTRE LE MINISTERE DE LA COOPERATION ET LE MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES. POUR L'AVENIR ENVISAGEZ-VOUS LA CREATION D'UN GRAND MINISTERE DE LA COOPERATION OU PREFEREZ-VOUS A UNE TELLE FORMULE LE RATTACHEMENT DE L'ACTUEL MINISTERE DE LA COOPERATION AU MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES ? REPONSE.- LA COOPERATION TELLE QUE JE L'ENVISAGE NE PEUT ETRE UNE SIMPLE SECTION DE NOTRE POLITIQUE ETRANGERE, PARCE QU'ELLE NE PEUT PAS EN ETRE UN SOUS PRODUIT. LE NIVEAU ELEVE DES RELATIONS ENTRETENUES PAR LA FRANCE AVEC UN CERTAIN NOMBRE D'ETATS S'OPPOSE A CELA. D'AILLEURS, LES ACTIONS SPECIFIQUES DE LA COOPERATION, PAR LEUR NOMBRE ET PAR LEUR IMPORTANCE, EXIGENT UNE ORGANISATION PARTICULIERE. A ELLE SEULE LA FRANCE ENTRETIENT, JE CROIS, PLUS DU TIERS DES COOPERANTS EXISTANT A TRAVERS LE MONDE. POUR DE SIMPLES MOTIFS D'EFFICACITE LE MINISTERE DE LA COOPERATION DOIT DONC EXISTER. MAIS NOUS ENTENDONS EGALEMENT TENIR_COMPTE DES DESIRS DE NOS INTERLOCUTEURS. C'EST POURQUOI, LORSQUE M. SEKOU TOURE, PAR EXEMPLE, NOUS DIT QU'IL PREFERE QUE, DANS SES RAPPORTS AVEC LA FRANCE, LA GUINEE UTILISE LE CANAL DIPLOMATIQUE CLASSIQUE DU MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES, NOUS EN CONVENONS VOLONTIERS AVEC LUI. J'INSISTE, D'AUTRE_PART, SUR DEUX POINTS ESSENTIELS : LA COOPERATION NE CONSTITUE QU'UN DES ASPECTS DE NOTRE POLITIQUE ETRANGERE ; IL N'EXISTE PAS DE LA PART DE LA FRANCE D'OFFRE PERMANENTE DE COOPERATION AVEC TOUT LE MONDE. NOUS COOPERONS SIMPLEMENT AVEC NOS AMIS, ET CE N'EST QU'AINSI QUE LE MOT COOPERATION CONSERVE SON SENS
-
'POLITIQUE ETRANGERE ' RELATIONS FRANCO - AFRICAINES' QUESTION.- LES ARCHIPELS DE SAO-TOME ET PRINCIPE, LES ILES DU CAP-VERT ET LA REPUBLIQUE DE GUINEE-BISSAU, QUI PARTICIPENT A LA PROCHAINE CONFERENCE FRANCO - AFRICAINE, SONT TROIS NOUVEAUX PARTENAIRES. FAUT-IL LES CONSIDERER EXCLUSIVEMENT EN EUX-MEMES ? OU PEUT-ON PENSER QUE, EN CREANT DES LIENS AVEC TROIS ANCIENNES "PROVINCES PORTUGAISES D'OUTRE-MER", LA FRANCE ESQUISSE EN FAIT UNE TENTATIVE DE COOPERATION EN DIRECTION DE L'ANGOLA ET DU MOZAMBIQUE ? REPONSE.- LES TROIS ETATS DONT VOUS PARLEZ SONT TRES PROCHES DE LA VIE DE PAYS AVEC LESQUELS NOUS MENONS UNE COOPERATION ACTIVE, QU'IL S'AGISSE DU GABON POUR SAO-TOME ET PRINCIPE, ET DU SENEGAL POUR LA REPUBLIQUE DE GUINEE-BISSAU ET L'ARCHIPEL DU CAP-VERT. NE PAS COOPERER AVEC CES ANCIENS TERRITOIRES PORTUGAIS SERAIT NE PAS TENIR_COMPTE DES REALITES. POUR L'ANGOLA ET LE MOZAMBIQUE, LA SITUATION EST SENSIBLEMENT DIFFERENTE, CAR IL S'AGIT DE PAYS ENTOURES D'ETATS AVEC LESQUELS LA FRANCE N'ENTRETIENT PAS DE LIENS SPECIAUX DE COOPERATION. DE TOUTE FACON, NOUS AVONS ETABLI DES RELATIONS DIPLOMATIQUES AVEC LE MOZAMBIQUE, ET LE PRINCIPE DE TELLES RELATIONS AVEC L'ANGOLA A ETE POSE. MAIS L'AVENIR DEPEND MOINS DE NOUS QUE DE CES DEUX PAYS ET DE LEURS RELATIONS AVEC NOS PARTENAIRES EUROPEENS
-
'POLITIQUE ETRANGERE ' RELATIONS FRANCO - AFRICAINES' QUESTION.- VOS PREFERENCES PERSONNELLES VOUS INCITENT-ELLES A PREFERER L'AIDE BILATERALE A L'AIDE MULTILATERALE ? QUELLE PART RESPECTIVE SOUHAITEZ-VOUS RESERVER A CHACUNE DE CES FORMES D'AIDE ? REPONSE.- JE N'AIME PAS LE MOT AIDE. D'AUTRE_PART, EU EGARD AUX RESSOURCES QUI SONT LES NOTRES, JE PENSE QUE, DANS LE DOMAINE BILATERAL, NOUS SOMMES EN_MESURE DE FAIRE PLUS, NOTAMMENT EN_FAVEUR DES ETATS D'AFRIQUE QUE LEUR SITUATION GEOGRAPHIQUE ENCLAVE A L'INTERIEUR DES TERRES, AINSI QUE POUR CERTAINES ACTIONS SYSTEMATIQUES INTERESSANT LE DEVELOPPEMENT RURAL. LORSQUE JE PASSE DU PLAN DES RESSOURCES A CELUI DE L'ANALYSE, JE CONSTATE QUE LA COOPERATION BILATERALE EST L'EXPRESSION D'UNE SOLIDARITE DE FAIT. LA COOPERATION MULTILATERALE EST L'EXPRESSION DU MONDIAL LEQUEL N'EST A LA DIMENSION DE PERSONNE. L'APPROCHE DES PROBLEMES MONDIAUX NE PEUT ETRE A MON SENS, QUE MULTILATERALE PARCE QU'ELLE NE PEUT PAS SE DECOMPOSER EN UNE SIMPLE SERIE D'APPROCHES BILATERALES
-
'POLITIQUE ETRANGERE ' RELATIONS FRANCO - TCHADIENNES' QUESTION.- SANS ENTRER DANS LE MOINDRE DETAIL TECHNIQUE, POUVEZ-VOUS NOUS DIRE QUELLE EST LA _NATURE DE L'INITIATIVE QUE VOUS AVEZ PRISE POUR TENTER D'OBTENIR LA LIBERATION DE MME CLAUSTRE PAR LES REBELLES TCHADIENS QUI LA DETIENNENT DEPUIS PLUS DE DEUX ANS ? REPONSE.- LES CHANCES DE L'OPERATION EN-COURS ETANT DIRECTEMENT LIEES AU SECRET, IL M'EST ABSOLUMENT IMPOSSIBLE DE REVELER QUOI QUE CE SOIT A CE SUJET
-
'POLITIQUE ETRANGERE ' RELATIONS FRANCO - AFRICAINES' QUESTION.- APRES LE GABON OU VOUS VOUS RENDEZ EN AOUT, QUELS AUTRES ETATS D'AFRIQUE NOIRE ENVISAGEZ-VOUS DE VISITER PROCHAINEMENT ? REPONSE.- POUR CETTE ANNEE, JE N'ENVISAGE AUCUN AUTRE DEPLACEMENT EN AFRIQUE NOIRE. TOUT CE QUE JE PEUX DIRE C'EST QUE JE N'AI PAS L'INTENTION DE FAIRE DE TOURNEE AFRICAINE AU SENS STRICT. J'ENTENDS, AU CONTRAIRE, N'EFFECTUER DE DEPLACEMENT OFFICIEL QU'ETAT PAR ETAT, NE VISITER QU'UN ETAT APRES L'AUTRE
-

Rechercher