CM. 27 janvier 1982 Les transports urbains | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

CM. 27 janvier 1982 Les transports urbains

Personnalité, fonction : FITERMAN Charles.

FRANCE. Ministre des transports

ti : Les transports urbains.
- Sur proposition du ministre d'Etat, ministre des transports, le conseil des ministres, a adopté les grandes orientations d'une politique des transports urbains, visant à donner une réelle priorité aux transports collectifs. Il en résultera notamment que la vie quotidienne dans les villes et les banlieues sera rendue moins difficile, les bruits et pollutions seront réduits, la mobilité des personnes âgées et des handicapés sera sensiblement améliorée et que les produits pétroliers seront économisés au bénéfice de l'économie tout entière. Les services offerts aux usagers des transports collectifs seront améliorés, diversifiés par les investissements nécessaires et des systèmes tarifaires incitatifs. Le ministre d'Etat, ministre des transports, a présenté un certain nombre d'orientations qui doivent permettre de favoriser la fréquentation des transports collectifs, tout en réglant les problèmes financiers qu'ils posent. Cette étude sera entreprise dans-le-ca dre de la décentralisation ; en ce qui concerne les transports parisiens, une réforme sera soumise au Parlement à l'automne 1982. La politique des transports, de la circulation et du stationnement, sera étudiée et mise en oeuvre dans chaque agglomération en cohérence avec la politique urbaine. Des premières mesures seront mises au-point dans-le-cadre des concertations nécessaires, afin d'être auppliquées d'ici au 1er octobre 1982. Pour la région Ile-de-France, une première étape significative dans l'allègement pour l'usager de la charge du trajet domicile-travail sera définie. Elle contribuera au rapprochement du lieu du domicile et du lieu du travail, et à l'aménagement urbain. Pour la province, des moyens adaptés seront recherchés afin d'alléger le coût des transports pour les usagers, pour assurer de nouvelles ressources aux collectivités locales et organismes gestionnaires, notamment dans les agglomérations de moins-de 100 000 habitants, et l'Etat, quant à lui, poursuivra s on aide aux transports collectifs, par les subventions d'équipement, les prêts et les contrats de développement. Pour les départements d'outre-mer, des mesures semblables seront définies.

Rechercher