Conseil des ministres du 13 Février 1985 Le bilan des équipements de santé. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Conseil des ministres du 13 Février 1985 Le bilan des équipements de santé.

Personnalité, fonction : HERVE Edmond.

FRANCE. SE chargé de la santé

ti : Le spectaculaire développement des équipements bio-médicaux permet aux Français d'accéder aux techniques de santé les plus efficaces et favorise l'essor d'une industrie de santé de haut niveau.
- Le secrétaire d'Etat chargé de la santé a présenté au Conseil des ministres une communication sur le bilan de la politique des équipements bio-médicaux depuis 1981.
- 1 - La priorité accordée depuis 4 ans aux équipements bio-médicaux a permis à la France de rattraper les retards qu'elle avait dans plusieurs domaines et de s'engager activement sur la voie du développement des techniques nouvelles. Le nombre des scanneurs X autorisés a été porté de 62 appareils en 1981 à 204 en 1985. Avec un scanneur pour 270000 habitants la France se situe maintenant à un niveau comparable à celui des autres pays européens.
- Le parc des appareils d'imagerie par résonance magnétique, technique apparue en 1982, sera porté à 14 en 1985.
- Trente gama-caméras supplémentaires (permettant d'obtenir une image par mesure de la radio-activité) seront implantées en 1985.
- Enfin, 220 systèmes d'angiographie numérisée (qui reconstituent des images radiologiques stockées sur un ordinateur) sont aujourd'hui installés en France et les premiers lithotripteurs (appareils destinés à détruire les calculs rénaux) seront en service en 1985 dans quatre hôpitaux.
- Au total, ce programme représente, depuis 1981, un investissement de l'ordre de 1500 millions de francs.
- 2 - L'utilisation rationnelle des équipements, notamment par la généralisation des conventions de coexploitation entre établissements publics et privés, permet l'amélioration de la qualité du service rendu au meilleur coût pour la Nation.
- 3 - La mise en oeuvre de ce programme permet de développer une politique industrielle dans le secteur bio-médical, de consolider les positions de l'industrie française sur le marché intérieur et de développer sa présence sur les marchés étrangers.
- Le secrétaire d'Etat chargé de la santé poursuivra ses actions de développement et de modernisation du parc d'équipements bio-médicaux avec la double volonté d'offrir à la population les techniques les plus performantes et de maîtriser les dépenses de santé.
- En concertation avec les ministres chargés de la recherche et de l'industrie, il s'attachera à favoriser l'association et la coordination entre les équipes hospitalo-universitaires, les centres de recherche et les entreprises industrielles pour mieux valoriser leurs travaux.

Rechercher