Communiqué du ministère des affaires étrangères, en date du 5 octobre 1986, rendant compte du séminaire ministériel franco-espagnol du 4 et 5 octobre 1986. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Communiqué du ministère des affaires étrangères, en date du 5 octobre 1986, rendant compte du séminaire ministériel franco-espagnol du 4 et 5 octobre 1986.

Circonstances : Séminaire ministériel franco-espagnol de Saragosse les 4 et 5 octobre 1986

ti : Les deux ministres ont procédé à un échange de vue sur les thèmes suivants qui correspondent à des propositions communes :
- Les perspectives favorables au développement des langues et des cultures respectives,
- Les perspectives de développement des programmes d'échanges dans le domaine éducatif,
- La coopération dans les domaines de l'enseignement technique et de la formation professionnelle,
- La coopération en ce qui concerne les nouvelles technologies appliquées à l'enseignement,
- L'enseignement dispensé aux enfants des travailleurs espagnols en France,
- La coopération inter-universitaire,
- Les programmes éducatifs proposés dans le cadre des communautés européennes.
- Les deux ministres sont convenus de renforcer et d'institutionnaliser leur concertation dans le domaine éducatif. Pour ce faire, la création d'un groupe de travail franco-espagnol a été décidée. Il se réunira une fois par an et sa première réunion aura lieu dès décembre 1986 à Paris.
- Les thèmes qui y seront envisagés sont les suivants :
- La mise en place d'une coopération intégrée dans le domaine scolaire, afin de développer tous les programmes d'échanges,
- La promotion dans les deux systèmes éducatifs d'une connaissance renforcée de la langue et de la culture de l'autre, notamment par la mise en place de sections internationales et d'enseignements bilingues,
- Les perspectives de la coopération dans le domaine de l'enseignement technologique et de la formation professionnelle, ainsi que l'organisation, en Espagne, dès 1987, d'un séminaire sur ces thèmes.
A l'occasion du séminaire ministériel franco-espagnol, les délégations française et espagnole, conduites par M. Philippe de Villiers, secrétaire d'Etat à la culture, et par M. Ignacio Quintana, sous-secrétaire d'Etat à la culture, ont enregistré des convergences, fixé des priorités et examiné un certain nombre de projets dans le domaine de la culture et de la communication :
- Des manifestations culturelles et artistiques seront organisées de manière concertée et organisée, en commençant par celles qui sont prévues à Paris au printemps 1987.
- L'étude du projet de chemin de Saint-Jacques de Compostelle sera poursuivie de part et d'autre des Pyrénées afin d'établir les différents itinéraires qui permettront aux jeunes Européens de redécouvrir un patrimoine culturel commun.
- La jeune chanson fera l'objet d'une promotion dans les deux pays, spécialement par l'organisation de concerts et de tournées de chanteurs.
- Les enseignements artistiques, particulièrement ceux qui ont trait aux nouvelles professions, constituent une préoccupation primordiale des ministères des deux pays. Cette question a été au coeur des entretiens et fera l'objet de contacts et de rencontres entre les principaux responsables concernés.
- En matière cinématographique, la signature prochaine du nouvel accord franco-espagnol, dont les deux délégations se sont félicitées, facilitera les co-productions et une meilleure diffusion dans chaque pays, sur ce point, la partie française a noté que les échanges étaient favorables.
- Les conversations se sont déroulées dans une atmosphère ouverte et cordiale et dans un esprit constructif.
Les ministres de l'agriculture ont procédé à un large tour d'horizon des questions agricoles communautaires et internationales.
- En particulier :
- S'agissant de la viande "ovine", une situation difficile a été reconnue dans les deux pays. La France a rappelé ses récentes propositions telles que la saisonnalisation de la prime à la brebis. L'Espagne a présenté à la Communauté la demande officielle de reconnaissance en tant que "zone sensible". Ses préoccupations ont rencontré une compréhension mutuelle.
- Dans le secteur des "matières grasses", les deux parties ont reconnu les difficultés budgétaires qu'il pose. Elles ont convenu d'engager rapidement une réflexion visant à préserver l'équilibre de ce secteur.
- En matière de "viande bovine", les deux délégations ont insisté sur la nécessité de maintenir l'intervention, tout en acceptant d'en réexaminer certaines modalités.
- Dans le secteur "viti-vinicole", après un échange de vues sur les perspectives de la vendange 86-87, les deux parties ont insisté sur la nécessité d'une application équitable du règlement communautaire.
- Une large convergence de vues s'est réalisée sur la manière d'aborder les aménagements nécessaires de l'organisation du "marché laitier".
- La délégation espagnole a souligné l'importance qu'elle attache à l'adoption des règlements communautaires concernant la protection des "forêts" contre les incendies et les pluies acides. La France a indiqué qu'elle partageait ces préoccupations.
- Par ailleurs les deux délégations ont convenu de renforcer la "coopération bilatérale" propre à favoriser un développement harmonieux dans les échanges entre les deux pays.
Les conversations qui se sont déroulées à Saragosse, dans le cadre du séminaire inter-ministériel des 4 et 5 octobre 1986 entre M. Romero, ministre espagnol de l'agriculture, de l'alimentation et des pêches, et M. Guellec, secrétaire d'Etat français à la mer, ont permis d'aboutir à un arrangement sur les difficultés existant entre les deux pays dans le domaine des pêches maritimes.
- Les dispositions suivantes ont été convenues :
- l'ouverture provisoire de la Zone VIII C sous juridiction française aux pêcheurs espagnols
- la constitution de listes mensuelles de navires espagnols permettant une modération satisfaisante de l'effort de pêche et l'amélioration des conditions de présence simultanée de palangriers et de chalutiers, sur les lieux de pêche
- l'élaboration, avec les organisations professionnelles françaises et espagnoles du secteur et avant le 30 juin 1987, d'un "Code de bonne conduite" concourant également à cet objectif
- une action conjuguée sera entreprise pour prévenir les incidents sur les lieux de pêche entre pêcheurs français et espagnols
- les poursuites judiciaires engagées à l'encontre de certains pêcheurs français et espagnols au cours de l'été 1986 seront abandonnées (thonier français "Henri" et senneurs espagnols "Goitzalde" et "Inatio de la Cruz").
- Par ailleurs, les ministres sont convenus de développer une politique active de coopération dans différents domaines et notamment :
- la pêche en Méditerranée
- la recherche
- l'organisation des marchés
- les échanges des produits de la mer.

Rechercher