Communiqué conjoint du Conseil de coopération CEE - Yougoslavie, en date du 19 décembre 1988, sur la coopération entre la CEE et la Yougoslavie. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Communiqué conjoint du Conseil de coopération CEE - Yougoslavie, en date du 19 décembre 1988, sur la coopération entre la CEE et la Yougoslavie.

Circonstances : Réunion du Conseil de coopération CEE - Yougoslavie à Bruxelles le 19 décembre 1988

ti : Le Conseil de coopération CEE-Yougoslavie a tenu sa session, au niveau ministériel, le lundi 19 décembre 1988, à Bruxelles, sous la présidence de M. Pangalos, ministre suppléant des affaires étrangères de la République hellénique et président en exercice du Conseil des communautés européennes.
- La délégation yougoslave était conduite par M. Loncar, secrétaire fédéral des affaires étrangères de la République socialiste fédérative de Yougoslavie, chef de la délégation yougoslave.
- La commission était représentée par M. Claude Cheysson.
- M. Loncar a indiqué que la Yougoslavie, en tant que pays méditerranéen, pays de l'Europe du Sud, mais aussi pays en développement et non aligné, recherche des solutions spécifiques pour la promotion de la coopération avec la Communauté. Ces solutions dépendront aussi dans une grande mesure de la direction du développement de la Communauté. La Yougoslavie estime en effet que le renforcement de l'identité européenne par l'élimination des barrières existantes, économiques, politiques, idéologiques et autres, serait dans l'intérêt de tous les Européens et que l'intégration des économies nationales dans cet espace en fonction de l'efficacité et de l'intérêt économique constituerait une garantie de progrès.
- M. Loncar a souligné l'intérêt de la Yougoslavie pour le renforcement de la coopération avec la Communauté européenne dans le cadre d'une relation spéciale avec la Communauté et dans l'intérêt mutuel. Il a notamment souligné l'importance du dialogue politique qui vient d'être établi entre la Communauté européenne et la République socialiste fédérative de Yougoslavie dans l'esprit des principes de la Déclaration de Belgrade.
-M. Loncar a également souligné les processus d'intégration qui connaissent, sous l'influence des découvertes technologiques, un élan toujours plus grand et irréductible, et qui devraient établir entre la Communauté et la Yougoslavie des liens encore plus nombreux dans le cadre d'une division européenne et mondiale du travail.
- Cette session du Conseil de coopération a permis de faire le bilan et de tracer les perspectives des relations entre la Communauté et la république socialiste fédérative de Yougoslavie dans le cadre de l'accord de coopération. Dans ce contexte, le Conseil a adopté une nouvelle résolution (le texte de cette nouvelle résolution est repris en Annexe I) relative à la relance, dans des domaines spécifiques, de la coopération évoquée dans la précédente résolution du 14 décembre 1987. La nouvelle résolution a souligné l'importance de la réforme économique en cours en Yougoslavie dont une économie de marché et une plus large intégration dans les processus actuels de l'économie mondiale et notamment celle de l'Europe constituent les principales orientations.
- La nouvelle résolution souligne, en outre, l'importance que les deux parties accordent à la coopération scientifique et technologique : le Conseil de coopération se félicite du développement important intervenu qui place celle-ci dans le cadre d'un arrangement spécifique qui vient d'être signé.
En ce qui concerne le bilan des relations entre la Communauté et la Yougoslavie dans le cadre de l'accord de coopération le Conseil de coopération a pris note des déclarations de la délégation yougoslave sur le programme de réforme destiné à assainir la situation économique et financière de la Yougoslavie.
- Le conseil de coopération a confirmé l'importance du renforcement de la coopération commerciale entre la Yougoslavie et la Communauté conformément aux objectifs et principes de l'accord de coopération adoptés en commun et qui pourrait permettre l'accroissement du volume total des échanges dans l'intérêt réciproque.
- Il a confirmé l'importance du développement à long terme des relations commerciales et à cet effet de l'application efficace des concessions convenues dans les accords entre la Yougoslavie et la Communauté de façon à encourager un développement plus équilibré ainsi que l'amélioration de la structure et le développement du volume de leurs échanges commerciaux ; il s'est félicité de la tendance au rééquilibrage des échanges commerciaux entre les deux parties et enfin il a invité les deux parties à rechercher dans un esprit constructif des solutions mutuellement satisfaisantes aux problèmes commerciaux ponctuels et sectoriels pouvant être rencontrés dans l'application des dispositions commerciales de l'accord.
- En ce qui concerne la mise en oeuvre de la coopération financière, le Conseil de coopération s'est réjoui de la mise en oeuvre rapide du second protocole financier qui concrétise la coopération financière entre la Yougoslavie et la Communauté, dont la majeure partie est destinée au financement des projets concernant les infrastructures de transport d'intérêt commun, en particulier l'autoroute transyougoslave y compris ses bretelles de raccordement. Il a pris note avec satisfaction que, grâce à la qualité de la coopération avec les autorités yougoslaves, la BEI a déjà accordé des prêts totalisant 210 millions d'écus pour le financement de l'autoroute transyougoslave. Il a pris acte des efforts que la Yougoslavie déploie en vue de la construction de l'infrastructure routière présentant un intérêt mutuel auxquels la Communauté accorde son appui financier et enfin il a constaté avec satisfaction que les deux parties sont prêtes à mettre en oeuvre la coopération financière conformément à l'article 12 paragraphe 1 de l'accord.
- Le Conseil de coopération a considéré comme positif le bilan de la mise en oeuvre de la résolution du 14 décembre 1987, relative à l'avenir des relations entre la Yougoslavie et la Communauté, et il a pris note avec satisfaction des orientations dégagées par le groupe de travail "coopération CEE/Yougoslavie". Il a en outre pris note de la volonté commune des deux parties de donner à la coopération, dans une série de domaines, un cadre approprié ; il a invité les parties, dans cette perspective dynamique, à poursuivre les travaux (cf. la nouvelle résolution adoptée ce 19 décembre 1988 par le Conseil de coopération). La partie yougoslave a souligné son intérêt pour la coopération dans le domaine de l'environnement et a exprimé le souhait de pouvoir adhérer au document administratif unique ainsi qu'au CEN CENLEC.
En ce qui concerne la mise en oeuvre de la coopération prévue au titre 1 de l'accord, le Conseil de coopération a apprécié positivement la mise en oeuvre de sa décision no 1/87 qui a contribué au développement de la coopération dans son ensemble. Il a pris note avec satisfaction des orientations dégagées, conformément au mandat donné par la résolution du Conseil de coopération du 14 décembre 1987, par le groupe de travail "coopération CEE/Yougoslavie". Il a en outre souligné l'importance de ces orientations qui visent à développer, dans certains secteurs, des voies nouvelles de coopération en plaçant ces relations dans un cadre approprié, afin d'enrichir, d'étendre et d'intensifier les relations entre la République socialiste fédérative de Yougoslavie et la Communauté européenne. Il a encouragé les deux parties, dans cette perspective, à poursuivre les travaux, afin, d'une part, de renforcer les programmes de coopération existants et, d'autre part, d'étudier les possibilités de créer un cadre approprié à la coopération dans certains secteurs susceptibles de jouer un rôle moteur dans le rapprochement des économies.
- La décision no 1/88 que le Conseil de coopération a adoptée, constitue un nouveau pas dans la réalisation d'une nouvelle étape des relations permettant leur enrichissement, leur extension et leur intensification, conformément aux intentions et aux possibilités de l'accord de coopération.
- En ce qui concerne la coopération dans le domaine des transports, le Conseil de coopération en a souligné la grande importance et a invité les deux parties à continuer à déployer des efforts en vue de sa promotion.
- Il s'est félicité de l'intérêt manifesté par les deux parties d'améliorer les conditions de transit en Yougoslavie. Il a souhaité que les négociations engagées dans le domaine des transports se concluent aussi rapidement que possible. Il a souligné également l'intérêt pour les deux parties de procéder à des échanges de vues et d'information sur le développement de leurs politiques de transports respectives.
- En ce qui concerne la coopération dans le domaine social le Conseil de coopération a pris note des regrets exprimés du fait que la décision concernant la mise en oeuvre des articles 45 à 47 de l'accord n'ait pas été adoptée dans un délai raisonnable.
- Le Conseil a aussi pris note que la réunion du groupe de travail ad hoc "Etats membres/Yougoslavie" s'est tenue le 9 septembre 1988 et que ce groupe est parvenu à des conclusions après avoir procédé à un échange de vues concernant la main-d'oeuvre yougoslave employée dans la Communauté.

Rechercher