Communiqué des services du Premier ministre, en date du 6 novembre 1989, sur la situation économique de Saint-Pierre et Miquelon. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Communiqué des services du Premier ministre, en date du 6 novembre 1989, sur la situation économique de Saint-Pierre et Miquelon.

Circonstances : Rencontre entre M. Michel Rocard et MM. Albert Pen, sénateur-maire, et Marc Plantegenest, président du conseil général de Saint-Pierre et Miquelon à Paris le 6 novembre 1989

ti : Le Premier ministre a reçu lundi 6 novembre le Sénateur-maire Albert Pen et le Président du Conseil général de Saint-Pierre et Miquelon, M. Marc Plantegenest. Il a procédé avec eux à un large tour d'horizon sur la situation économique et sociale de l'archipel et sur les perspectives de développement qui peuvent lui être proposées, compte tenu de la situation actuelle et future de la pêche.
- M. Michel Rocard a réaffirmé aux élus de Saint-Pierre et Miquelon que le Gouvernement aiderait les entreprises de pêche à compenser les pertes d'exploitation résultant du contentieux franco-canadien de 1987-1988, mais il leur a rappelé que le redressement durable de la situation de ces entreprises appelait également un effort particulier de leurs actionnaires privés et la mise en oeuvre d'un plan de restructuration financier et industriel de ces entreprises.
- Le Premier ministre a confirmé à MM. Pen et Plantegenest que le Gouvernement préparait activement l'arbitrage sur la délimitation des zones maritimes entre la France et le Canada, et que dans l'intervalle, il serait attentif à ce que l'application des accords d'avril 1989 soit loyale et équilibrée, pour défendre les intérêts des armements français et en premier lieu, de ceux de Saint-Pierre et Miquelon.
- M. Michel Rocard a enfin indiqué aux élus de l'archipel sa volonté de voir des perspectives de développement nouvelles et complémentaires offertes à l'archipel.
- A cet effet, il les a assurés que dès que les études concernant la réalisation d'une nouvelle piste pour l'aéroport seraient achevées, le Gouvernement examinerait les conditions de son financement afin de permettre un désenclavement aussi rapide que possible de l'archipel. D'ici là, les travaux d'amélioration de la capacité d'accueil des deux ports de Miquelon et de Saint-Pierre, pour lesquels des financements sont disponibles, seront engagés. Enfin, il a souhaité que, dans l'intervalle, les conditions économiques et règlementaires de développement touristique et d'ateliers-relais pour des entreprises soient précisées afin que l'ensemble de ces éléments permette d'aboutir à la signature du contrat de plan entre l'Etat et la collectivité territoriale dans un délai de quatre mois.

Rechercher