Communiqué du ministère des affaires étrangères, en date du 22 novembre 1989, sur le meurtre du Président de la République du Liban. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Communiqué du ministère des affaires étrangères, en date du 22 novembre 1989, sur le meurtre du Président de la République du Liban.

Circonstances : Assassinat de M. René Moawad, président de la République libanaise lors d'un attentat le 22 novembre 1989 à Beyrouth Ouest

ti : Le Gouvernement français condamne avec la plus grande vigueur l'odieux attentat qui a coûté la vie au Président de la République libanaise, René Moawad.
- La France rend hommage à la mémoire de l'homme de dialogue qui, porté par l'élection à la magistrature suprême, avait, en pleine connaissance des difficultés de sa charge, mis son patriotisme et son expérience au service de son pays. Il avait entrepris d'agir avec prudence et clairvoyance.
- René Moawad incarnait, après l'aboutissement positif des efforts de conciliation entrepris à Taef, l'espoir d'un Liban indépendant et souverain dans la paix retrouvée entre tous les Libanais. Cet espoir demeure. L'accord de Taef en reste l'ancrage le plus sûr.
- En ce jour de fête nationale du Liban cruellement marqué par le deuil, la France forme le voeu que la tragédie d'aujourd'Hui, loin de réveiller de nouvelles divisions ou de nouvelles aventures, donne aux Libanais le courage de s'unir pour l'entente nationale et la paix.
- La France est plus proche que jamais du Liban. Elle renouvelle à la famille du Président Moawad et aux familles de toutes les victimes de cet acte criminel ses condoléances émues.

Rechercher