Communiqué commun des ministres des affaires étrangères des pays de la CEE et de la CCEAG (Conseil de coopération des états arabes du Golfe) sur la situation au Proche et au Moyen Orient, Mascate le 17 mars 1990. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Communiqué commun des ministres des affaires étrangères des pays de la CEE et de la CCEAG (Conseil de coopération des états arabes du Golfe) sur la situation au Proche et au Moyen Orient, Mascate le 17 mars 1990.

Circonstances : 1ère conférence ministérielle réunissant les pays de la CEE et ceux du CCG (Conseil de coopération du Golfe) à Mascate le 17 mars 1990.

ti : 1. Les ministres de la CE et du CCG ont souligné que la nécessité de parvenir à un règlement global, juste et durable pour mettre fin au conflit israélo-arabe est encore plus grande maintenant que jamais auparavant. Rappelant respectivement les déclarations du Conseil Européen de Madrid et de Strasbourg et la déclaration du Sommet extraordinaire de la Ligue arabe de Casablanca, ils ont réaffirmé leur soutien pour parvenir à un tel règlement par des moyens pacifiques. Les ministres ont exprimé leur soutien aux efforts en cours pour amorcer un dialogue israélo-palestinien comme première étape vers un règlement global. A leur avis, cet objectif peut le mieux être atteint dans le cadre d'une conférence internationale de paix, sous les hospices des Nations unies, qui constituerait le forum approprié pour des négociations directes entre les parties concernées, y compris l'OLP.
- 2. Les ministres de la CE et du CCG ont déploré la politique israélienne de colonisation dans les territoires occupés, y compris Jérusalem-Est, et ont souligné qu'ils considèrent toutes les colonies, qu'elles soient constituées par des immigrés en Israel ou par des résidents, comme illégales selon le droit international. Ils estiment que les récentes déclarations israéliennes sur l'installation d'immigrants juifs dans les territoires occupés nuisent au processus de paix. Israël ne devrait pas compromettre ce processus en permettant ou en encourageant l'extension des colonies dans les territoires occupés.
- 3. Les ministres de la CE et du CCG demeurent gravement préoccupés par la détérioration de la situation dans les territoires occupés et par l'augmentation continue du nombre des morts et des blessés ainsi que des souffrances de la population. Ils rappellent l'aide qu'ils fournissent aux Palestiniens des territoires occupés et soulignent la nécessité d'accroître cette assistance. Ils déplorent les mesures répressives utilisées pour réprimer les manifestations et d'autres démonstrations de l'Intifada. Ils rappellent également la nécessité pour la puissance occupante de respecter ses obligations résultant des conventions de Genève. En particulier, Israël devrait réouvrir immédiatement tous les établissements scolaires et universitaires et faire en sorte qu'ils restent ouverts.
4. Les ministres de la CE et du CCG sont consternés par la persistance de la situation dramatique au Liban. Ils accueillent avec satisfaction les efforts du comité tripartite de la Ligue Arabe pour parvenir à un règlement pacifique sur la base de l'accord de Taef et estiment qu'il n'existe pas d'alternative à la réconciliation nationale qu'il prévoit. Ils réitèrent leur soutien à la légalité qu'incarne le Président HRAWI et le gouvernement qu'il a désigné. Ils rappellent la nécessité pour toutes les parties de se rassembler autour de l'autorité légale et d'oeuvrer à la réconciliation nationale et à la pleine restauration de la souveraineté, de l'indépendance, de l'unité et de l'intégrité territoriale du Liban. Ils réaffirment également leur disponibilité à fournir une assistance à la réhabilitation du Liban. Ils demandent instamment à la communauté internationale de se joindre à eux dans ces efforts.
- 5. S'agissant de l'impasse entre l'Irak et Iran, les ministres de la CE et du CCG ont réitéré leur soutien à la mise en oeuvre complète de la résolution 598 du Conseil de Sécurité des Nations unies. A cet égard, ils soutiennent les derniers efforts du secrétaire général des Nations unies en vue d'avoir, sous ses auspices, des conversations directes structurées de façon appropriée entre les parties afin de progresser vers un règlement durable. Les ministres de la CE et du CCG font appel aux deux parties afin qu'elles coopèrent pleinement avec le secrétaire général dans un esprit de compromis en vue de surmonter l'impasse actuelle dans le processus de mise en oeuvre.
- 6. La Communauté et ses Etats membres reconnaissent le rôle positif du CCG pour le maintien d'une plus grande sécurité et stabilité dans la région du Golfe. Le CCG et ses Etats membres reconnaissent le rôle positif de la Communauté européenne pour le maintien de la paix, de la sécurité et de la stabilité en Europe. Les deux parties sont décidées à développer davantage leur coopération en particulier dans le cadre de l'accord de coopération. Ainsi les deux parties contribueront à la paix et à la stabilité internationale. Dans ce contexte, elles ont souligné l'importance de leur dialogue économique et politique et ont décidé de tenir des réunions ministérielles régulières des deux groupements.

Rechercher