Communiqué du Conseil du Pacifique sud sur la coopération entre la France et les pays du Pacifique sud, Papeete le 17 mai 1990. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Communiqué du Conseil du Pacifique sud sur la coopération entre la France et les pays du Pacifique sud, Papeete le 17 mai 1990.

Circonstances : Déplacement officiel de M. Mitterrand en Polynésie française du 15 au 18 mai 1990. Réunion du Conseil du Pacifique Sud le 17 mai 1990 à Papeete

ti : Le Président de la République a réuni le Conseil du Pacifique Sud le jeudi 17 mai à Papeete, en présence du Premier ministre, des ministres concernés et des élus des territoires de Nouvelle Calédonie, de Polynésie française et de Wallis et Futuna.
- Le Conseil a examiné les moyens que la France entend mettre, dans les domaines de la formation, de la recherche et de la protection du milieu et des hommes, au service de sa politique de coopération et de dialogue avec les pays du Pacifique Sud comme avec les puissances présentes dans la zone, et de participation active des territoires, selon les voies propres à chacun d'eux, à l'action ainsi conduite.
- Il a pris note de l'évolution observée dans ce sens au cours des deux années écoulées, illustrée notamment par la capacité qu'ont eue les représentants élus des collectivités des territoires, comme leurs statuts d'autonomie leur en offrent la possibilité, de participer à des négociations régionales et de signer des accords internationaux au nom de la République.
- Le Conseil du Pacifique Sud a estimé que l'emploi de ces procédures devait être encouragé, pour répondre à la demande d'une coopération plus étroite entre les territoires français et les Etats du Pacifique Sud qu'expriment les uns comme les autres, particulièrement dans les domaines de la culture, de la recherche, de la protection du milieu et des échanges.
- En réponse à cette demande, et pour contribuer dans la zone à mettre encore davantage les instruments de la modernité au service du développement, comme la France entend s'y employer à titre national et au sein de la Communauté européenne, le Conseil du Pacifique Sud a adopté les décisions suivantes.
1 - Formation et recherche : a) L'Université française du Pacifique complétera son cursus d'un deuxième cycle et d'un Institut universitaire de formation des maîtres.
- Elle s'ouvrira dès cette année à la coopération internationale, par :
- l'accueil d'étudiants étrangers ;
- l'introduction d'enseignements adaptés aux besoins spécifiques du Pacifique Sud ;
- l'établissement d'échanges interuniversitaires régionaux, grâce notamment à l'installation en juin 1990 de son Conseil scientifique et culturel.
- b) L'appareil éducatif des territoires, qui s'étendra désormais de l'enseignement maternel aux études doctorales, sera largement ouvert aux échanges et aux coopérations avec les pays du Pacifique Sud.
- Une première conférence internationale sur la formation professionnelle et technique se tiendra à Nouméa en 1990.
- c) Les moyens de la recherche scientifique fondamentale et appliquée seront renforcés par la mise en place d'échelons de coordination, à l'échelle des territoires comme à celle de la région. Leur action s'appuiera sur le partenariat entre l'Etat et les territoires et sur la coopération entre l'Université française du Pacifique et les instituts de recherche français et étrangers.
- Le ministre de la recherche et de la technologie présidera à l'automne 1990 à Nouméa une réunion de coordination des organismes de la recherche scientifique française dans le Pacifique Sud.
- 2 - Environnement : Un "observatoire permanent de surveillance de l'environnement" sera créé pour assurer la collecte et la diffusion des données sur le milieu naturel recueillies dans le Pacifique, en collaboration continue avec les organismes étrangers correspondants, à l'échelle régionale et mondiale.
- b) La France participera activement à la mise en oeuvre effective des dispositions de la Convention de Nouméa sur la protection des ressources naturelles dans le Pacifique Sud et de la convention de Wellington sur les filets dérivants.
- 3 - Protection des hommes et des ressources.
- a) Des réserves de matériels de secours d'urgence seront constituées dans les territoires français du Pacifique Sud, afin de permettre une intervention adaptée et rapide des équipes de secours en cas de catastrophe naturelle dans ces territoires ou dans la zone.
- Les pays qui pourraient faire appel à l'assistance de la France ou participer avec elle aux secours seront informés des dispositions prises, afin de faciliter l'utilisation coordonnée des moyens mis en oeuvre en cas d'intervention d'urgence.
- b) La France contribuera, avec les moyens dont elle dispose déjà dans les territoires, à épauler l'action de surveillance de leurs zones économiques exclusives des Etats qui lui en feront la demande.

Rechercher