Communiqué des services du Premier ministre, à Paris le 3 juillet 1990, sur l'enseignement des langues régionales et la valorisation du patrimoine culture régional. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Communiqué des services du Premier ministre, à Paris le 3 juillet 1990, sur l'enseignement des langues régionales et la valorisation du patrimoine culture régional.

Circonstances : Réunion du Conseil national des langues et cultures régionales, à l'Hôtel Matignon le 3 juillet 1990

ti : Le Conseil national des Langues et cultures régionales s'est réuni le 3 juillet à l'Hôtel Matignon sous la présidence de son vice-président, M. Philippe Joutard. Le Premier ministre, le ministre d'Etat, ministre de l'éducation nationale, de la jeunesse et des sports et le ministre de la culture, de la communication et des grands travaux ont clôturé cette réunion.
- Le Conseil a entendu un exposé de M. Bouvier, Président de l'Université Aix-Marseille II, sur l'enseignement des langues régionales dans l'enseignement primaire, secondaire et supérieur.
- Le ministère de l'éducation nationale a présenté le bilan des mesures qu'il a prises depuis deux ans. Dans l'enseignement supérieur, les principales langues régionales font désormais l'objet d'un enseignement en premier cycle, la création de plusieurs DEUG de breton et d'un DEUG de basque venant compléter les formations de corse, d'occitan et de catalan déjà existants.
- Dans l'enseignement du second degré, les décisions d'avril 1988 ont été mises en oeuvre et les principales langues régionales peuvent désormais être prises comme épreuves au baccalauréat.
- Dans l'enseignement du premier degré, les écoles publiques enseignent les langues régionales à plus de 120 000 élèves. Les écoles privées posent des problèmes plus délicats. La volonté de soutenir leurs initiatives trouve une limite évidente dans la nécessité de ne pas créer de situations qui, du point de vue des taux d'encadrement notamment, apparaîtraient comme des privilèges. Une négociation est en cours avec Diwan pour le breton ; elle a pour objet d'aligner le statut de cette association sur celui des autres associations de langues régionales.
Le ministère de la culture a présenté l'ensemble de ses actions. Un soutien croissant est accordé aux initiatives de valorisation du patrimoine culturel des régions, en particulier dans le domaine des éco-musées et de l'ethnologie. Dans le domaine du livre et de la lecture, il concerne notamment l'édition et la traduction de textes en langues régionales. Dans le domaine des spectacles, il aide la création théâtrale régionale et accorde une attention toute particulière aux musiques régionales et à leur enseignement.
- Le ministère de la Culture soutient aussi l'action des communautés extra-territoriales et issues de l'immigration, en particulier par une aide aux centres de documentation et aux projets artistiques de ces communautés.
- Le ministère de la Culture a présenté les trois projets qu'il compte développer désormais. Les deux premiers visent à regrouper et à diffuser l'ensemble des données rassemblées sur les langues régionales proprement dites et à réaliser une banque de données en ce domaine. Le troisième porte sur la valorisation des musiques traditionnelles.
- En matière de communication, l'action engagée depuis 1985 se poursuit grâce aux initiatives développées par les sociétés audiovisuelles publiques qui ont une vocation à l'expression régionale : FR3, Radio France et RFO.
- En 1989-1990, la durée des programmes en langues régionales, notamment de radio, mais surtout de télévision outre-mer, ont augmenté au rythme de l'allongement de la durée globale des programmes et du développement des stations locales. Outre-mer, un effort particulier en production locale a permis d'intégrer cultures et langues créoles dans les programmations de RFO.
- Pour l'avenir, les perspectives principales sont orientées vers l'étude et le développement d'émissions en langues d'origine destinées aux étrangers en France en vue de favoriser l'intégration de ces étrangers dans le respect de leur culture d'origine : Antenne 2 et RFI ont déposé des projets de diffusion dans ce domaine.

Rechercher