Conseil des ministres du 22 Août 1990 Coopération internationale en matière de sciences sociales et humaines. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Conseil des ministres du 22 Août 1990 Coopération internationale en matière de sciences sociales et humaines.

Personnalité, fonction : BEAUCE THIERRY De.

FRANCE. SE chargé des relations culturelles internationales

ti : Le secrétaire d'Etat auprès du ministre d'Etat, ministre des affaires étrangères, chargé des relations culturelles internationales a présenté au Conseil des ministres une communication sur la coopération internationale en matière de sciences sociales et humaines et l'action des instituts de recherche français à l'étranger.
- La France est riche dans ce domaine d'une tradition ancienne et dispose d'un réseau de 28 instituts répartis sur quatre continents.
- Un plan de relance en quatre ans, préparé par le ministère des affaires étrangères avec les ministères de l'éducation nationale, de la recherche et de la technologie, de la culture et de la communication et de la coopération et du développment, prévoit cinq orientations.
-1 - Renforcer notre réseau
- Le centre de documentation de Tunis sera transformé en institut de recherche sur le Maghreb contemporain. En Europe de l'Est, est envisagée la création d'un institut d'histoire contemporaine. En Asie du Sud-Est, la présence française dans le domaine de l'archéologie et des sciences humaines sera renforcée ; les archéologues français contribuent au projet de restauration d'Angkor.
- 2 - Elargir le champ des disciplines couvertes
- L'accent sera mis sur l'étude des sociétés contemporaines. La création de filières d'enseignement supérieur francophones en sciences sociales sera encouragée, sur le modèle des expériences réalisées en Egypte, en Turquie et au Chili.
- 3 - Renforcer la coopération européenne
- Le nombre de postes de chercheurs associés venant de la Communauté européenne sera augmenté et une articulation plus étroite de nos projets sera établie avec les programmes communautaires. Les conseils scientifiques des instituts pourront être ouverts aux ressortissants des pays de la CEE.
- 4 - Ouvrir aux étrangers l'université et les instituts français
- Un contingent de postes sera réservé dans nos instituts aux chercheurs locaux, notamment dans les pays en développement. Le nombre de bourses d'études et de recherche dans les universités sera augmenté dans la ligne de l'effort déjà consenti pour l'Europe de l'Est.
- 5 - Améliorer la coordination avec les organismes nationaux de recherche
- Cette coordination se fera dans le cadre des conseils scientifiques des instituts et du comité consultatif placé auprès du ministère des affaires étrangères. La mobilité des chercheurs sera encouragée et le nombre des allocataires de recherche sera doublé dans les quatre ans à venir.

Rechercher