Conseil des ministres du 03 Octobre 1990 Bilan de la sécurité routière et de la sécurité maritime. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Conseil des ministres du 03 Octobre 1990 Bilan de la sécurité routière et de la sécurité maritime.

Personnalité, fonction : DELEBARRE Michel.

FRANCE. Ministre de l'équipement, du logement, des transports et de la mer

ti : Le ministre de l'équipement, du logement, des transports, et de la mer a présenté une communication relative au bilan de la sécurité routière et de la sécurité maritime.
- En matière de sécurité maritime, l'adoption de nouvelles dispositions réglementaires applicables aux véhicules nautiques à moteur à permis d'enregistrer en 1990 des résultats plus favorables qu'auparavant.
- Aucun décès de baigneur provoqué par un navire à moteur n'est à déplorer cet été. Le nombre des décès accidentels en mer s'est élevé à 76 au cours des huit premiers mois de l'année contre 92 au cours des mois correspondants de 1989.
- En matière de sécurité routière, les données relatives à la même période de l'année 1990 traduisent une diminution de 3,7 % du nombre des accidents, qui s'est accompagnée toutefois d'une augmentation de 2 % du nombre des morts.
- Les deux mois d'été, qui constituent traditionnellement une période difficile pour la circulation routière, permettent d'enregistrer une diminution de 4,6 % du nombre des accidents et une diminution de 1,2 % du nombre de tués.
- La légère amélioration dont ces chiffres rendent compte reste largement insuffisante.
- En conséquence, les contrôles de vitesse seront intensifiés et leur mise en oeuvre ne supportera aucune tolérance. Des instructions très précises seront données aux préfets et aux procureurs de la République sur ce point.
- Le Gouvernement a également décidé de généraliser à l'ensemble du territoire, à compter du 1er décembre 1990, la limitation de 50 Kms/h de vitesse en agglomération. Toutefois, en raison de la nature et des caractéristiques des voies et de la circulation, cette vitesse maximale pourra être abaissée à 30 Kms/h ou élevée à 70 Kms/h. L'objectif est d'obtenir des automobilistes qu'ils circulent à une allure compatible avec la sécurité des autres usagers des voies publiques, piétons et cyclistes notamment.

Rechercher