Conseil des ministres du 16 Décembre 1992 L'industrie de l'électronique. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Conseil des ministres du 16 Décembre 1992 L'industrie de l'électronique.

Personnalité, fonction : STRAUSS KAHN Dominique.

FRANCE. Ministre de l'industrie et du commerce extérieur

ti : 'L'industrie électronique (Suite)' L'Etat a mené en 1992 d'importantes actions pour aider les entreprises françaises à réagir à cette situation.
- La conclusion d'accords stratégiques entre les sociétés françaises et des partenaires étrangers de taille mondiale a été encouragée. Il s'agit d'insérer les entreprises françaises dans le réseau mondial d'alliances qui se met en place. Dans le domaine de l'informatique, Bull et IBM ont conclu des accords. Dans les services informatiques, c'est le cas de France Télécom et de "Sema Group". Dans le domaine des écrans plats, Thomson, Sagem et Philips se sont rapprochés. SGS-Thomson et Philips se sont entendus en matière de semi-conducteurs.
- L'Etat actionnaire a apporté 2 milliards de francs de dotation en capital à Bull. Les actionnaires français et italiens de SGS-Thomson, auxquels se sont joint du côté français CEA-Industries et France-Télécom, ont approuvé le plan de racapitalisation de cette société, pour un montant de 1 milliard de dollars.
- L'Etat a consacré 2,7 milliards de francs en 1992, en augmentation de 11 % par rapport à 1991, au soutien de la recherche et du développement de l'industrie de l'électronique. Cette aide intervient en exécution de plans pluriannuels pour Bull et "Thomson consumer électronics". Elle intervient dans le cadre du programme Eureka pour les composants électroniques (programme Jessi, la télévision à haute définition, l'informatique,l'usine du futur et l'électronique automobile.
- Elle est aussi destinée à favoriser la diffusion des technologies électroniques dans les petites et moyennes entreprises : 3000 d'entre elles ont bénéficié à ce titre de 550 millions de francs. L'Etat et SGS-Thomson adopteront prochainement un plan pluriannuel de soutien à la recherche et au développement de cette entreprise.
- Le renforcement de l'action communautaire en matière de politique industrielle et commerciale et de recherche et développement constitue une priorité pour la France. Déjà, à l'initiative de notre pays, une résolution a été adoptée en novembre 1991 par la Communauté sur l'industrie électronique ; cette résolution prévoit la définition d'une véritable politique commerciale européenne.
- La France est notamment attachée au rétablissement, par une action communautaire, du respect des règles de concurrence à l'échelle mondiale. A ce titre, la France a proposé à ses partenaires de suspendre la mise en oeuvre de la directive sur la libéralisation des marchés publics dans le secteur des télécommunications, dans l'attente d'un accord sur ce sujet dans le cadre des négociations du "GATT".

Rechercher