Conseil des ministres du 04 Novembre 1992 La télévision publique. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Conseil des ministres du 04 Novembre 1992 La télévision publique.

Personnalité, fonction : JEANNENEY Jean-noel.

FRANCE. SE chargé de la communication

ti : Le secrétaire d'Etat à la communication a présenté une communication sur la télévision publique.
- Le secteur public de la télévision connaissait, il y a deux ans de graves difficultés, notamment une baisse continue de son audience et des résultats financiers très déficitaires.
- Les mesures prises par le Gouvernement en avril 1991 ont porté leurs fruits : l'audience s'est redressée, la situation financière a retrouvé l'équilibre, l'offre de programmes s'est diversifiée.
- 1. L'audience des chaînes publiques a progressé.
- Au moment de la privatisation de TF1 en 1987, l'audience des chaînes publiques s'élevait à 42 % de l'auditoire. Réduite au tiers en 1990, elle représente aujourd'hui 39 % des téléspectateurs.
- 2. Le redressement financier est réalisé.
- Des mesures d'économie ont été prises. Les ressources publicitaires se sont accrues et devraient progresser de 25 % en 1992 par rapport à 1991. Les ressources publiques de France 2 et France 3 ont progressé d'un milliard de francs en 1992 ; ces dotations supplémentaires seront reconduites en 1993.
- L'Etat a accordé à Antenne 2 une dotation en capital de 500 millions de francs.
- Les pertes des deux chaînes publiques ont ainsi été ramenées de 924 millions de francs en 1990 à 122 en 1991. Les résultats de 1992 seront bénéficiaires.
- 3. L'offre de programme a été enrichie.
- Des efforts importants ont été accomplis pour améliorer les programmes. Les crédits consacrés par France 2 et France 3 à la réalisation des programmes auront progressé de 5,8 à 6,8 milliards de francs entre 1991 et 1993.
- La complémentarité entre les deux chaînes a été organisée. D'abord appliquée à la retransmission des grands événements sportifs, elle a ensuite été étendue aux programmes destinés à la jeunesse et à l'information, dans le respect de la ligne éditoriale de chaque rédaction. Cette coordination prévaudra progressivement pour l'ensemble des programmes.
- Les chaînes publiques affirment leurs spécificités : en 1991, France 2 et France 3 ont attiré 75 % de l'auditoire des documentaires et 55 % de l'auditoire des magazines d'information.
- La vocation régionale de France 3 est renforcée. Le volume des émissions régionales est accru et l'information de proximité se développe : plus de 9600 heures leur seront consacrées en 1993 contre 7000 en 1990.
- La diffusion d'ARTE par voie hertzienne permet de diversifier l'offre de programmes en offrant à une audience nationale, aux heures de grande écoute, des émissions culturelles et européennes de qualité.
- Outre-mer, les programmes débutent plus tôt qu'auparavant et les émissions produites sur place sont plus nombreuses.
- Enfin, les missions de l'institut national de l'audiovisuel s'élargiront en 1993 à la gestion du dépôt légal audiovisuel.

Rechercher