Conseil des ministres du 12 Février 1992 La formation des ingénieurs. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Conseil des ministres du 12 Février 1992 La formation des ingénieurs.

Personnalité, fonction : JOSPIN Lionel.

FRANCE. Ministre de l'éducation nationale

ti : Le ministre d'Etat, ministre de l'éducation nationale a présenté une communication sur la formation des ingénieurs.
- Conformément aux orientations arrêtées lors du Conseil des ministres du 26 septembre 1990, il s'agit d'adapter le volume et le contenu des formations aux besoins des grands secteurs de l'économie et de favoriser la recherche et l'innovation.
- I - L'augmentation du nombre des ingénieurs.
- Alors qu'en 1989, 15200 personnes sont entrées dans les établissements publics de formation d'ingénieurs, cet effectif s'est élevé à 16700 en 1990 et est de 20000 en 1991. Cet accroissement de l'effectif s'est accompagné d'une amélioration de la qualité des études. En 1993, plus de 30000 ingénieurs seront formés par les organismes publics.
- Pour les établissements relevant du ministère de l'éducation nationale, les effectifs entrés en formation sont passés de 10700 en 1989 à 11700 en 1990 et 14500 en 1991.
- Si ces établissements forment ainsi les deux tiers des ingénieurs, les écoles relevant des autres ministères contribuent aussi de manière significative à l'accroissement des effectifs.
- 2 - Le développement des liens avec l'économie.
- Pour développer les liens entre la formation et les grands secteurs de l'économie, de nouvelles filières sont mises en place : instituts universitaires professionnalisés, nouvelles formations d'ingénieurs.
- Les instituts universitaires professionnalisés recrutent des étudiants un an après le baccalauréat et délivrent en trois ans le diplôme d'ingénieur-maître. L'enseignement, organisé en alternance, comporte obligatoirement une période de 6 mois en entreprise. La formation est assurée pour moitié par des professionnels.
- A la rentrée de 1991, 1500 places, dont 700 pour le secteur secondaire, ont été ouvertes dans 28 instituts universitaires professionnalisés. Six mille places sont prévues à la rentrée de 1993.
- Les nouvelles formations d'ingénieurs, qui font appel à une étroite collaboration entre les entreprises ou les branches professionnelles et les établissements d'enseignement, permettent notamment à des techniciens supérieurs de suivre, après cinq années de pratique professionnelle, une formation d'ingénieur. Celle-ci, orientée sur les problèmes de production, est d'une durée de 12 à 18 mois.
- Trente nouvelles formations d'ingénieurs sont aujourd'hui habilitées et offrent plus de 1000 places. En 1993, 4000 élèves seront accueillis dont plus de la moitié au titre de la formation continue et de l'apprentissage.
- 3 - L'innovation industrielle.
- Afin de favoriser la recherche industrielle et d'inciter davantage les jeunes ingénieurs à s'investir dans la création et l'innovation technologiques, un diplôme d'ingénieur-docteur ouvert aux titulaires des diplômes d'ingénieur ou d'ingénieur-maître est créé. Il sera délivré à l'issue d'une formation de deux années dans un laboratoire de recherche technologique.
- Le diplôme d'ingénieur-docteur, qui n'est pas fondé sur la soutenance d'une thèse, ne donne pas droit aux prérogatives attachées au doctorat. Il sanctionne la capacité de mener à son terme un travail d'ingénieur de recherche portant sur un problème technologique posé par une entreprise et pouvant se traduire par le dépôt d'un brevet, le développement d'un produit ou la réalisation d'un logiciel.

Rechercher