Conseil des ministres du 05 Mai 1992 L'enseignement technique. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Conseil des ministres du 05 Mai 1992 L'enseignement technique.

Personnalité, fonction : GLAVANY Jean.

FRANCE. SE chargé de l'enseignement technique

ti : Le secrétaire d'Etat à l'enseignement technique a présenté une communication sur l'enseignement technique.
- Plus de la moitié des élèves des lycées, soit environ 1 300 000, suivent une formation technologique ou professionnelle dispensée par 100 000 professeurs spécialisés.
- Au cours des dernières années, le contenu des diplômes a été adapté à l'évolution des métiers et les relations entre l'école et l'entreprise ont été renforcées. Les enseignants se sont mobilisés pour assurer le succès des réformes. Un effort financier important a été accompli, notamment pour moderniser le parc des machines installées dans les lycées.
- Trois objectifs sont poursuivis : le rapprochement entre les établissements scolaires et le monde économique, l'information des élèves et de leurs familles en vue d'une meilleure orientation, l'amélioration des conditions de vie dans les lycées. Les mesures suivantes ont été adoptées.
- 1 - De nouvelles classes conduisant au certificat d'aptitude professionnelle (CAP) seront créées, dans les métiers de l'industrie où des débouchés existent.
- Pour la préparation des diplômes professionnels, l'enseignement en alternance sera progressivement mis en place. Le contenu des CAP sera adapté aux réalités locales de l'emploi, dans le respect du caractère national de ce diplôme.
- Des formations complémentaires de réorientation professionnelle seront organisées dans les établissements d'enseignement technique pour permettre aux jeunes ayant interrompu leur formation générale en première ou en terminale d'acquérir un CAP, un brevet d'études professionnelles ou un baccalauréat professionnel en étant dispensés, au vue de leurs résultats scolaires, de certains enseignements ou de certaines épreuves.
- L'enseignement dispensé dans les classes de troisième "d'insertion" sera adapté pour faciliter l'acquisition ultérieure par les élèves d'un CAP, notamment industriel.
- 2 - Pour améliorer leur orientation, les élèves de l'enseignement général recevront une information plus précoce et plus régulière sur les formations techniques et sur le monde de l'entreprise. Les jeunes filles seront encouragées à s'orienter vers les filières techniques, au sein desquelles elles sont encore trop peu nombreuses.
- Les professionnels participeront à cette information pour faire connaître aux élèves, aux parents et aux enseignants les conditions de travail, les rémunérations et les possibilités de carrière offertes par chaque métier. Les élèves seront familiarisés avec les réalités professionnelles, notamment à l'occasion de classes d'entreprise, de parrainages et de visites d'entreprises.
- La possibilité offerte aux enseignants de suivre un stage en entreprise sera développée.
- 3 - Pour améliorer les conditions de vie dans les lycées, les établissements concluront des accords avec les associations culturelles, sportives, sociales et éducatives.
- Dans chaque académie, les chefs d'établissement pourront faire appel à l'expérience de correspondants chargés de suivre les questions liées à la sécurité des lycéens et des personnels.
- La commission nationale "éducation-profession", qui comprend des représentants des entreprises, des organisations syndicales et de l'éducation nationale, sera chargée de faire des propositions sur l'évolution des formations et des diplômes, le déroulement de la formation des élèves en entreprise et la participation des professionnels à l'information sur les métiers, les emplois et les carrières.

Rechercher