Communiqué des services du Premier ministre, en date du 26 février 1993, sur l'association des activités spatiales civiles et militaires et les nouvelles missions du CNES. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Communiqué des services du Premier ministre, en date du 26 février 1993, sur l'association des activités spatiales civiles et militaires et les nouvelles missions du CNES.

ti : Pierre Bérégovoy vient d'approuver, sur proposition de Pierre Joxe, ministre de la défense, et Hubert Curien, ministre de la recherche et de l'espace, un schéma destiné à associer plus étroitement la conduite des activités spatiales civiles et militaires.
- A ses missions exercées dans le domaine civil, le CNES voit s'ajouter la responsabilité des programmes spatiaux militaires ainsi que des études financées par le ministère de la défense dans le domaine spatial. Cela représentera un montant de l'ordre de 10 Mds F sur la période 93-97.
- La tutelle du CNES est désormais confiée aux ministres de la recherche et de la défense.
- Des échanges de personnels entre le ministère de la défense et le CNES seront développés.
- Par un investissement continu depuis trente ans dans le domaine de l'espace, la France s'est portée aux premiers rangs dans le monde comme en atteste les succès d'Ariane et de la filière de satellites SPOT. Grâce aux programmes de l'Agence spatiale européenne et aux programmes nationaux, s'est constitué progressivement un ensemble industriel performant.
- Les bouleversements récents de la situation internationale ont par ailleurs mis en évidence le rôle désormais fondamental de l'outil spatial dans les activités de défense, qu'il s'agisse de la gestion des crises ou du contrôle du désarmement. C'est pour répondre à ce défi que le gouvernement a décidé en 1991 de mettre en oeuvre un ambitieux programme spatial militaire dans les domaines de l'observation, du renseignement et des télécommunications. Ce programme exclut explicitement toute mise en place d'armes dans l'espace et fait appel, chaque fois que cela est possible, à des coopérations européennes.
- L'ensemble des décisions qui viennent d'être approuvées par le Premier ministre sont destinées à renforcer la cohérence de la politique spatiale française, dans ses aspects programmatiques, technologiques, industriels et internationaux.

Rechercher