Communiqué commun de la France et de l'Allemagne sur la coopération bilatérale en matière d'enseignement, Beaune le 2 juin 1993. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Communiqué commun de la France et de l'Allemagne sur la coopération bilatérale en matière d'enseignement, Beaune le 2 juin 1993.

Circonstances : Sommet franco-allemand à Beaune les 1er et 2 juin 1993

ti : Le ministre de l'éducation nationale de la République française et le plénipotentiaire de la RFA pour les affaires culturelles dans le cadre du traité sur la coopération franco-allemande, se félicitent du remarquable essor des échanges et des projets communs, survenus depuis 30 ans, à tous les niveaux du système éducatif. Sur la base de ces acquis, ils considèrent qu'il convient dorénavant de favoriser l'émergence de citoyens capables de vivre et de travailler dans l'autre pays. Cette ambition revêt une importance déterminante pour les Français et pour les Allemands, mais elle l'est également en raison de sa valeur exemplaire pour la construction européenne.
- La coopération franco-allemande concerne à présent tous les niveaux du système éducatif, puisqu'elle a conduit au développement des échanges d'élèves, d'étudiants et d'enseignants. La part prise par l'enseignement technologique et professionnel dans ces échanges grâce à l'action du secrétariat franco-allemand de Sarrebrück doit être soulignée. Par ailleurs, un effort particulièrement important a été réalisé pour intégrer pleinement les nouveaux Länder dans la coopération franco-allemande.
- Ces actions ont permis d'atteindre l'objectif de sensibilisation à la culture du pays partenaire, et elles doivent être poursuivies et élargies.
- De nouveaux axes de coopération visent à une connaissance plus approfondie de la langue et de la civilisation du pays partenaire. Ils ont donné naissance à des programmes novateurs et exemplaires, tout particulièrement au cours de ces dernières années.
- Ces mesures ont permis le développement progressif d'une véritable filière d'enseignement bilingue de l'école à l'université. Elles ont nécessité la mise en place de partenaires approfondis entre établissements et institutions scolaires et universitaires.
- Il s'agit notamment :
- du développement de l'enseignement précoce des langues à l'école élémentaire ;
- de l'expérience de délivrance simultanée du baccalauréat et de l'Abitur menée dans trois établissements français et dans trois établissements allemands, dont le bilan s'avère d'ores et déjà très positif ;
- dans l'enseignement du second degré, de la création des sections européennes en France et du développement des sections bilingues en Allemagne, dont certaines dans les nouveaux Länder, offrant un enseignement renforcé dans la langue du partenaires ;
- de la mise en place, dans l'enseignement supérieur, de cursus intégrés entre universités et écoles des deux pays, sous l'égide du Collège franco-allemand pour l'enseignement supérieur.
La coopération particulièrement étroite menée dans les zones transfrontalières a servi de source d'inspiration à cet éventail de mesures ; elle constitue toujours un noyau de référence pour la mise en place progressive d'une filière de formation biculturelle.
- Le ministre de l'éducation nationale français et le plénipotentiaire de la République fédérale d'Allemagne se félicitent de cette évolution, et souhaitent qu'elle touche un nombre accru de bénéficiaires sur l'ensemble du territoire des deux pays.
- Ils conviennent de renforcer les programmes qui ont pour objet de former, dans les deux pays, des élèves, des étudiants, des enseignants et des spécialistes ayant une connaissance accomplie de la langue et des réalités du pays partenaire. Dans cette perspective, ils demandent aux administrations concernées de préparer, pour le prochain sommet, plusieurs projets en vue de conforter cette approche ;
- le ministre de l'éducation nationale et le plénipotentiaire souhaitent adopter lors du sommet d'automne une déclaration conjointe définissant un cadre d'orientation commun pour promouvoir dans le domaine de l'enseignement du second degré l'acquisition de connaissances de la langue et de la civilisation du pays partenaire ;
- le ministre de l'éducation nationale et le plénipotentiaire demandent aux administrations concernées de préparer un accord inter-gouvernemental en vue de faire de la délivrance simultanée du baccalauréat et de l'Abitur une procédure de droit commun et d'en simplifier les modalités afin de permettre son extension ;
- le développement, dans l'enseignement du second degré, des sections européennes de langue allemande en France et des sections bilingues de français en Allemagne, dont le schéma a inspiré la démarche française, appelle la formation d'enseignants aptes à dispenser à leurs élèves un enseignement dans une discipline non linguistique ; les administrations concernées sont chargées de développer une nouvelle coopération en ce domaine en encourageant notamment des échanges entre les instituts universitaires de formation des maîtres en France et les établissements chargés de la formation des enseignants dans les Länder de la RFA ;
- les administrations concernées sont chargées de faire des propositions en vue d'étendre le champ des cursus intégrés soutenu par le Collège franco-allemand pour l'enseignement supérieur à des formations en sciences humaines, en vue d'élargir le vivier des enseignants bilingues.
- Le ministre de l'éducation nationale et le plénipotentiaire soulignent le rôle tenu par les différents organes de la coopération franco-allemande, et ils souhaitent notamment que l'OFAJ accompagne, par ses actions propres, les orientations adoptées en matière de développement de l'enseignement bilingue.

Rechercher