Communiqués des services du Premier ministre, en date des 13 et 20 juin 1994, sur les élections européennes, la coordination au sein du gouvernement sur les sujets européens et le rôle des élus français au Parlement européen. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Communiqués des services du Premier ministre, en date des 13 et 20 juin 1994, sur les élections européennes, la coordination au sein du gouvernement sur les sujets européens et le rôle des élus français au Parlement européen.

Circonstances : Elections européennes le 12 juin 1994. Réception à Matignon des personnalités responsables de listes ayant obtenu des sièges au Parlement européen le 20 juin

ti : Premier communiqué.
- Le déroulement des élections européennes a été marqué par une participation plus élevée que chez nos partenaires, plus élevée que les estimations qui pouvaient être faites et meilleures que lors de la dernière consultation.
- Malgré la présence de très nombreuses listes, la liste conduite par Dominique Baudis a très nettement devancé ses concurrentes puisqu'elle obtient un résultat qui dépasse de dix points celui de la seconde, la liste socialiste.
- A l'occasion de cette consultation les Français ont manifestement tenu à marquer leur préoccupation sur l'avenir de la Communauté européenne, sans que dans leur immense majorité ils aient remis en cause l'importance de celle-ci pour l'avenir de la France. Ils souhaitent à l'évidence que, à l'image de ce qui a été obtenu par le Gouvernement en 1993 lors de la négociation du GATT, les intérêts de notre pays soient bien défendus en Europe, et que les intérêts de l'Europe soit également bien défendus face au reste du monde.
- Le Premier ministre a décidé de recevoir prochainement les personnalités qui conduisent une liste qui sera représentée au nouveau Parlement européen.
- Deuxième Communiqué.
- Le Premier ministre a invité les personnalités qui ont dirigé les listes ayant obtenu des sièges au Parlement Européen, le lundi 20 juin à l'Hôtel de Matignon.
- Le Premier ministre s'est félicité que les élections européennes aient suscité l'intérêt des Français. Le résultat de ces élections qui reflètent une certaine inquiétude quant au fonctionnement et à l'avenir de l'Union européenne, ne traduisent pas un rejet de l'Europe.
- Celle-ci est confrontée pour les années à venir à des échéances décisives : l'élargissement de l'Europe, son approfondissement. La réforme institutionnelle prévue en 1996, doit d'ores et déjà être préparée.
- Dans ces conditions, un approfondissement du travail gouvernemental sur les sujets européens a été jugé nécessaire par le Premier ministre. Ainsi, le Comité interministériel pour la Coopération européenne qui coordonne l'action européenne des départements ministériels sera-t-il désormais réuni tous les mois sous la présidence du Premier ministre. La première réunion de ce comité aura lieu le 7 juillet 1994.
- Alors que le Parlement européen joue un rôle accru, il importe que les intérêts de notre pays y soient défendus avec le maximum d'efficacité et de cohérence.
- Le Premier ministre a donc souhaité que les nouveaux élus français au Parlement Européen se concertent étroitement entre-eux et avec le gouvernement français. Il a indiqué sa disponibilité, ainsi que celle des ministres, à travailler de manière approfondie avec les élus français à Strasbourg.
- Ce dont il s'agit, c'est de coodonner les efforts de tous, de plus travailler ensemble, Gouvernement, Parlement, Députés français au Parlement européen, afin que soient bien défendus, au-delà des divergences partisanes, les intérêts de notre pays et sa vision de l'avenir.

Rechercher