Déclaration de M. Edouard Balladur, Premier ministre, sur le chômage et l'insertion professionnelle des jeunes notamment dans le cadre du développement du contrat d'orientation, Paris le 7 avril 1995. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Edouard Balladur, Premier ministre, sur le chômage et l'insertion professionnelle des jeunes notamment dans le cadre du développement du contrat d'orientation, Paris le 7 avril 1995.

Personnalité, fonction : BALLADUR Edouard.

FRANCE. Premier ministre; FRANCE. Candidat à l'élection présidentielle de 1995; FRANCE. RPR

Circonstances : Signature de la convention sur les contrats d'orientation avec le CNPF, Paris le 7 avril 1995

ti : Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs,


Je me réjouis de vous recevoir aujourd'hui, accompagné de Michel Giraud, ministre du Travail, de l'Emploi et de la Formation Professionnelle, pour signer une convention pour le développement du contrat d'orientation avec le Conseil National du Patronat Français.

La lutte contre le chômage des jeunes est la première des priorités du Gouvernement dans son action pour le développement de l'emploi. Aussi les pouvoirs publics n'ont-ils ménagé aucun effort, depuis 1993, pour favoriser l'insertion professionnelle des jeunes.

Les initiatives qui ont été prises concernent la formation initiale, la recherche d'une meilleure transition entre cette formation et l'entrée en entreprise, le développement de la formation professionnelle.

Le développement de l'apprentissage et des contrats de qualification a permis d'accueillir en 1994, 165 000 nouveaux apprentis et 115 000 jeunes en contrats de qualification.

L'attribution d'une aide au premier emploi des jeunes a bénéficié à 65 000 jeunes qui ont ainsi accédé à un emploi durable.

J'ai également demandé à Monsieur le ministre du Travail d'engager pour les jeunes de moins de 20 ans une opération garantie emploi-formation. D'ores et déjà, 25 000 jeunes peu qualifiés et sans emploi ont été reçus par l'ANPE et le réseau des Missions Locales et 80 % d'entre eux se sont vus proposer un contrat de travail ou une formation.

Ces actions n'ont pu se développer que grâce à l'action des partenaires sociaux et des entreprises. De grands progrès ont été accomplis dans le domaine de la formation des jeunes : 250 000 jeunes sont maintenant en apprentissage : c'est un niveau record depuis 25 ans. Je salue les chefs d'entreprises qui se sont engagés dans cet effort de formation. Je salue également le CNPF qui, je le sais, a pris une part active à ce succès.

La mobilisation en faveur de la formation des jeunes doit être poursuivie et amplifiée. Les partenaires sociaux ont souhaité faire évoluer le contrat d'orientation par leur accord du 5 juillet 1994. Les aménagements proposés vont dans le sens de la simplicité et de la clarification. Ils permettront à ce dispositif de se développer et de faciliter l'entrée des jeunes dans l'entreprise. Je me réjouis que de telles évolutions aient été possibles, j'y vois la confirmation du bien fondé de la méthode que je ne cesserai de préconiser et qui est celle de la concertation, de la négociation et du contrat.

Le dispositif défini par les partenaires sociaux doit être encouragé par l'État. C'est pourquoi j'ai demandé à Monsieur Michel Giraud de vous proposer une convention qui marque la volonté réciproque de l'État et de votre organisation de développer le contrat d'orientation.

Ce projet aboutit aujourd'hui : cette convention démontre une volonté conjointe de promouvoir le dispositif du contrat d'orientation. Grâce à l'engagement des services du Ministère du Travail, et des représentants locaux du CNPF, elle permettra d'ouvrir à des milliers de jeunes les portes de l'entreprise.

Le chômage des jeunes a commencé à reculer : de février 94 à février 95, le nombre de jeunes demandeurs d'emploi a diminué de 50 000. Il y a aujourd'hui moins de jeunes au chômage qu'en mars 1993. Nous sommes sur la bonne voie. Il faut poursuivre et accentuer l'effort. Je compte sur l'ensemble des entreprises de notre pays pour se mobiliser en ce sens.


Rechercher