Communiqués conjoints de la France et de la Grande Bretagne sur le Haut comité franco-britannique sur le maintien de la paix, la coopération renforcée en matière de drogue, les échanges scolaires et la coopération dans le domaine de l'édition et de la traduction, Londres le 15 mai 1996. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Communiqués conjoints de la France et de la Grande Bretagne sur le Haut comité franco-britannique sur le maintien de la paix, la coopération renforcée en matière de drogue, les échanges scolaires et la coopération dans le domaine de l'édition et de la traduction, Londres le 15 mai 1996.

Circonstances : Voyage d'Etat en Grande Bretagne de M. Jacques Chirac, président de la République, du 14 au 17 mai 1996

ti : I. Haut comité franco-britannique sur le maintien de la paix
- La France et le Royaume-Uni sont convenus d'agir ensemble pour promouvoir leur contribution et celle de l'Europe aux opérations de maintien de la paix.
- Les forces armées de nos deux pays ont acquis une expertise considérable dans ce domaine et notre objectif est de rendre cette expertise plus largement disponible afin de renforcer l'efficacité des Nations unies et de la communauté internationale dans le domaine du maintien de la paix.
- Nous avons décidé d'agir conjointement en vue d'harmoniser nos doctrines respectives en matière de maintien de la paix, et ensuite d'encourager les actions de coopération bilatérale dans le cadre des opérations des Nations unies comme des autres déploiements multinationaux et de développer des actions de formation communes.
- Nous nous appuierons sur l'expertise que nos deux pays ont acquise en tant que contributeurs majeurs aux opérations de maintien de la paix des Nations unies et par leur participation à l'IFOR en Bosnie.
- Cette opération sera supervisée par un nouveau Haut Comité franco-britannique sur le maintien de la paix qui a vocation à être étendu aux autres pays de l'UEO capables de contribuer à ces activités.
II. Coopération renforcée en matière de drogue
- La France et le Royaume-Uni, également préoccupés par l'ampleur et la gravité du problème de la drogue, se félicitent des excellentes relations établies de longue date en matière de lutte contre les stupéfiants. Ces relations se sont déjà traduites par des collaborations efficaces, grâce notamment à la présence permanente d'officiers de liaison "stupéfiants" auprès de la Police judiciaire, d'une part, et du National Criminal Intelligence Service, d'autre part. Elles sont également illustrées par l'initiative conjointe visant à renforcer la lutte contre les trafics dans les Caraïbes, décidée lors du dernier Sommet franco-britannique le 30 octobre dernier et qui a reçu l'appui de l'Union européenne. Cette initiative a donné lieu à l'organisation d'un séminaire régional à la Barbade, dont nous attendons avec intérêt les conclusions.
- En vue de donner plus de portée à leur coopération dans la lutte contre la drogue, la France et le Royaume-Uni ont décidé que les rencontres thématiques et opérationnelles existantes, associant les services concernés, auraient lieu désormais d'une manière périodique.
- Au plan bilatéral, ces rencontres porteront notamment sur les thèmes suivants :
- échanges d'informations et d'expériences en matière de législation et de politique de prévention et de santé, notamment concernant les jeunes,
- moyens de renforcer la lutte contre les productions illicites de stupéfiants, la lutte contre les trafics et la criminalité induite par la drogue, en envisageant notamment les possibilités d'opérations concertées entre les différents services concernés.
- Au plan européen et international, les deux pays prévoient de conjuguer de plus en plus étroitement leurs efforts en vue de donner plus d'efficacité à la lutte contre la drogue. Ils sont décidés à agir ensemble en vue d'obtenir l'adhésion de tous les pays et une pleine et réelle application des conventions des Nations unies de 1961, 1971 et 1988.
- La France et le Royaume-Uni entendent en particulier unir leurs efforts au sein de l'Union européenne, notamment en vue de la mise en vigueur des conclusions du Conseil européen de Madrid.
III. Echanges scolaires entre établissements du second degré
- La France et le Royaume-Uni ont décidé de promouvoir un projet d'échanges scolaires d'une ampleur significative entre établissement du second degré.
- Ce projet, novateur et d'envergure, concernera de part et d'autre cent établissements de type lycée. Ces partenariats donneront lieu à des échanges de groupes d'élèves de niveau seconde ou première, pour une durée d'un à trois mois et s'accompagneront d'échanges d'enseignants.
- Par leur durée et leur préparation pédagogique spécifique, ces échanges s'apparenteront davantage à des classes transplantées avec le double objectif d'une amélioration des compétences linguistiques des élèves et d'une véritable immersion dans le système éducatif et l'environnement quotidien du partenaire.
- Ils pourront concerner en priorité les établissements offrant un enseignement renforcé de la langue du partenaire. Destinée à s'échelonner sur plusieurs années, cette opération démarrera à la rentrée 97.
- IV. Coopération dans le domaine du livre, de l'édition et de la traduction
- La France et la Grande-Bretagne ont décidé d'accroître, dans les années à venir, leurs relations dans les domaines du livre, de l'édition et de la traduction.
- En effet, face à une civilisation dominée par l'image et le son, le livre reste encore un vecteur naturel et privilégié des échanges intellectuels entre les pays et un cadre exceptionnel de rencontre, d'ouverture et d'enrichissement réciproque.
- C'est pourquoi un ambitieux programme visant à multiplier durablement les rencontres entre professionnels (auteurs, éditeurs, traducteurs, journalistes, universitaires...) et les publics des deux pays, a été mis sur pied avec l'aide des pouvoirs publics français et britannique.
- Afin d'accroître l'audience de ces actions, il a été décidé d'organiser pour la première fois cette année, un Salon du livre franco-britannique (intitulé "Copyright") qui se tiendra les 25 et 26 octobre dans les locaux de l'Institut français de Londres.
- Pour souligner le caractère interculturel propre à cette rencontre, et l'inscrire durablement dans l'ensemble de notre politique culturelle, les autorités françaises et britanniques ont décidé de faire de cet événement un rendez-vous annuel organisé alternativement à Londres et à Paris.

Rechercher