Conseil des ministres du 28 Août 1996 La Lutte contre l'illettrisme. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Conseil des ministres du 28 Août 1996 La Lutte contre l'illettrisme.

Personnalité, fonction : BARROT Jacques, BAYROU François.

FRANCE. Ministre du travail et des affaires sociales; FRANCE. Ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche

ti : Le ministre du travail et des affaires sociales et le ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche ont présenté une communication relative à la lutte contre l'illettrisme.
- L'analphabétisme, c'est à dire l'absence de tout apprentissage de l'écrit, a presque disparu en France. L'illettrisme, insuffisante maîtrise de la lecture, de l'écriture ou du calcul touche, en revanche, de nombreuses personnes, jeunes et adultes. Il représente un facteur d'exclusion important.
- 1 - Une action de l'ensemble du système éducatif.
- Si la lecture constitue l'apprentissage central du cours préparatoire, cet enseignement doit rester une priorité tout au long de la scolarité élémentaire. De même les nouveaux programmes du début du cycle secondaire, applicables dès la rentrée 1996, accordent une place importante à la maîtrise de la langue. Une nouvelle organisation des enseignements en classe de 6ème permet une prise en compte plus efficace des difficultés des élèves.
- L'observatoire national de la lecture créé en 1995 apporte un soutien pédagogique aux enseignements durant tout le cycle scolaire et un effort particulier est entrepris dans les zones d'éducation prioritaire.
- 2 - Un effort interministériel qui s'appuie sur le groupe permanent de lutte contre l'illettrisme.
- Le groupe permanent de lutte contre l'illettrisme (GPLI) placé auprès du ministre du travail et des affaires sociales conduit une action ministérielle, en lien étroit avec des réseaux associatifs.
- Son action porte sur la connaissance des publics et l'évaluation des besoins, le repérage des handicaps individuels notamment ceux des publics les plus en difficultés (jeunes sans qualification, détenus, immigrés...), la définition d'actions de formation et la qualification des formateurs salariés et bénévoles.
- Le GPLI dispose de correspondants locaux qui utilisent des crédits spécifiques de formation (15000 bénéficiaires en 1995) ou mobilisent les crédits de formation professionnelle de droit commun.
- 3 - L'approfondissement de l'action de l'Etat.
- Le Gouvernement renforcera son action selon les quatre orientations suivantes :
- l'amélioration des moyens de prévention de l'illettrisme au sein du système éducatif. L'apprentissage de la langue orale sera développé à l'école maternelle. L'aide à la lecture à l'école primaire sera accentuée par le développement des bibliothèques centres documentaires. La formation des maîtres et des professeurs sera améliorée. Enfin l'opération "l'école au coeur de la vie" permettra de sensibiliser près de 15000 familles, éloignées du monde scolaire, à l'importance de l'école et à son fonctionnement ;
- le développement des capacités de repérage de l'illettrisme grâce au téléphone "illettrisme et solidarité" (1.44.93.44.69) ;
- la mobilisation accrue des budgets de formation professionnelle au bénéfice de la lutte contre l'illettrisme par une action conjointe de l'Etat, des collectivités locales et des partenaires sociaux ;
- une reconnaissance plus forte des instances nationales et locales de lutte contre l'illettrisme qui doivent bénéficier d'un statut juridique et administratif rénové.
- Enfin, la lutte contre l'illettrisme sera une des vocations principales de deux projets importants : l'instauration d'un rendez-vous citoyen et le projet de loi sur la prévention de l'exclusion.

Rechercher