Conseil des ministres du 30 avril 1998. L'audiovisuel extérieur. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Conseil des ministres du 30 avril 1998. L'audiovisuel extérieur.

Personnalité, fonction : , , VEDRINE Hubert.

FRANCE. Ministre des affaires étrangères

ti : Le ministre des affaires étrangères a présenté une communication sur la politique de l¿audiovisuel extérieur.

L¿internationalisation croissante de la culture et de l¿information oblige la France à élargir la place de ses images et de ses programmes si elle souhaite préserver et étendre son influence politique, culturelle et économique.

Les orientations arrêtées par le Gouvernement traduisent cette nécessité :

1. Le soutien à l¿exportation des programmes.

La subvention à l¿association professionnelle qui coordonne les efforts des entreprises exportatrices de programmes audiovisuels (TV Fi) sera accrue afin de favoriser la diffusion d¿émissions françaises sur les chaînes nationales étrangères.

Les dispositifs d¿aide au commerce extérieur, conçus essentiellement pour les entreprises industrielles, seront adaptés aux spécificités des entreprises de production audiovisuelle.

Afin de ne pas faire obstacle à la commercialisation de programmes sur les marchés émergents (Europe centrale et orientale, Amérique latine, Asie du Sud-Est), la liste des pays dans lesquels les droits de diffusion de certaines émissions sont cédés gratuitement aux télévisions locales sera resserrée. Les pays africains et quelques Etats de la péninsule indochinoise demeureront les seuls bénéficiaires de cette mesure.

2. L¿aide à la diffusion des chaînes françaises par satellite.

L¿Etat aidera financièrement les chaînes françaises qui le souhaitent à louer des capacités de diffusion sur satellite.

En 1997, un bouquet de programmes à destination de l¿Afrique a ainsi pu être lancé. En 1998, une expérience identique devrait être conduite en direction du Maghreb.

3. La rationalisation des structures.

Le capital de TV 5, chaîne télévisée francophone dans laquelle des institutions françaises sont associées à des partenaires belges, suisses et québécois, sera recomposé. France-Télévision en détiendra désormais 35 % et le pôle constitué par la SEPT-ARTE et la Cinquième 25 %.


La grille de programmes sera enrichie et mieux adaptée aux attentes de ses divers publics. Elle fera une place plus grande à l¿information d¿origine française.

Canal France International (CFI) se recentrera sur sa mission de banque de programmes afin de ne pas concurrencer la diffusion des émissions de TV 5. Pour favoriser la cohérence et la complémentarité de leurs missions respectives, TV 5 et CFI auront un président commun.

4. La coopération avec les partenaires européens.

La France continuera de défendre les principes permettant de développer la production et la diffusion de programmes français et européens.

Cette reconnaissance de « l¿exception culturelle » constitue un préalable à la négociation de tout nouvel instrument commercial.

La France veillera également à ce que cette exigence soit pleinement prise en compte dans le processus d¿élargissement de l¿Union européenne.


Pour la mise en oeuvre de ces orientations, les pouvoirs publics engageront une concertation avec les professionnels sur la modernisation des pratiques suivies en matière de négociation des droits de diffusion et sur les meilleurs moyens de développer une présence française face à la concurrence internationale sur les principaux marchés régionaux.

Rechercher