Lettre de Mme Marie-George Buffet, ministre de la jeunesse et des sports, adressée au président du district de football de la Seine-Saint-Denis, sur les mesures prises contre la violence dans les stades de football de la Seine-Saint-Denis, Paris le 26 avril 1999. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Lettre de Mme Marie-George Buffet, ministre de la jeunesse et des sports, adressée au président du district de football de la Seine-Saint-Denis, sur les mesures prises contre la violence dans les stades de football de la Seine-Saint-Denis, Paris le 26 avril 1999.

Personnalité, fonction : BUFFET Marie-George.

FRANCE. Ministre de la jeunesse et des sports

ti : Monsieur le Président,
A la suite des deux réunions de travail qui se sont déroulées les mercredi 7 et lundi 12 avril au Ministère de la Jeunesse et des Sports, en présence de tous les Présidents de Districts de l'Île-de-France, je souhaite vous confirmer l'ensemble des dispositions retenues d'un commun accord, afin de lutter contre les actes de violence sur des terrains de football.
Pour la Seine-Saint-Denis, plusieurs mesures immédiates de sécurité publique ont été arrêtées, et vous ont été communiquées par le Préfet du département. Un officier référent a été désigné au sein de la direction départementale de la sécurité publique. Sa mission consiste notamment à organiser des actions de prévention autour de matchs qui lui auront été signalés par le District de football comme présentant des risques d'incidents. Dans ce cas, la présence de la police à l'entrée et à la sortie des stades aura un caractère dissuasif.
Cet officier référent pourra également apporter une aide judiciaire aux clubs pour le dépôt d'une plainte, le suivi de cette action, et la protection des plaignants.
En cas d'incidents graves, le Préfet du département vous a informé du dispositif précis permettant d'obtenir une intervention immédiate des forces de sécurité. Ces mesures, qui entrent dès maintenant en application, sont destinées à rétablir un climat de sérénité et de confiance autour des rencontres.
En même temps, comme cela a été souligné lors de nos deux rencontres, un travail de fond doit être engagé pour permettre aux clubs, et en particulier aux équipes de jeunes, de disposer d'équipes d'encadrement remplissant des fonctions sportives et éducatives.
Plusieurs décisions ont été prises en ce sens. Il sera procédé au recrutement d'agents locaux de médiation sociale, qui seront mis à la disposition des clubs, pour assurer des fonctions de sécurité, de médiation sociale, et d'aide à l'animation sportive. Ce recrutement s'effectuera dans le cadre du dispositif emplois-jeunes, et fera l'objet d'une convention spécifique entre l'Etat, les instances du football, et les collectivités qui s'associeront à ce partenariat.
Cette convention est d'ores et déjà préparée par un groupe de travail qui se réunit le 21 avril prochain. Notre dispositif est d'entamer ce recrutement dans les semaines qui viennent, de manière à ce que les clubs en bénéficient concrètement dés la reprise des compétitions, en septembre prochain. J'ajoute que ces agents de médiation pourront suivre une formation adaptée à leur mission.
L'autre décision qui intéresse directement les clubs concerne l'aide aux dirigeants sportifs bénévoles. Les mesures nouvelles annoncées récemment par le Premier Ministre, - je pense notamment au congé-formation - vont faire l'objet d'un arrêté ministériel, afin que les intéressés puissent en bénéficier.
Je peux également vous confirmer, en accord avec Monsieur le Ministre de l'Intérieur
Jean-Pierre CHEVENEMENT, que la police nationale procédera au recrutement de 2000 adjoints de sécurité au sein de clubs de football, dans l'ensemble du pays. Ces policiers auxiliaires n'auront pas une fonction spécifique de sécurité auprès des clubs. Cependant, ces policiers resteront licenciés dans des clubs de football, ce qui contribuera à une action globale de prévention, sur les terrains et auprès des équipes de jeunes.
En ce qui concerne les procédures disciplinaires, et pour répondre à la demande de nombreux districts, j'ai demandé à mes services d'entreprendre, avec la Fédération Française de Football, un réexamen des textes relatifs à ces procédures, afin de les simplifier et d'en accroître l'efficacité.
Vous le voyez, mon ministère et le gouvernement tout entier ont eu la volonté de répondre vite, et par des actes, aux inquiétudes légitimes des responsables du football amateur. Cet engagement se traduira publiquement par une action de sensibilisation de l'opinion et des médias, à l'initiative du Ministère et de la Fédération Française de Football, sur tous les stades où se dérouleront les tournois traditionnels de la Pentecôte, les 22, 23 et 24 mai prochains. Je souhaite que le plus grand nombre de clubs, d'associations, et de communes s'associent à cette démarche pour dire non à la violence , oui au respect et à la solidarité.
Dans mon esprit, d'autres décisions seront nécessaires pour permettre aux clubs amateurs de football, comme à l'ensemble des structures sportives de base de jouer pleinement leur rôle au service des jeunes et de la société toute entière.
C'est pourquoi, d'une part, comme je m'y suis engagée à plusieurs reprises, les bénéfices financiers de la Coupe du Monde 1998, qui seront disponibles l'an prochain, devront être prioritairement consacrés au football et au sport amateur, à des projets de proximité, au renforcement des structures d'encadrement, et au développement de la pratique.
D'autre part, mon projet de loi sur le sport, qui sera débattu au Parlement à l'automne prochain, propose qu'une partie des ressources économiques générées par le sport de haut niveau -un particulier à travers les droits de télévision - soit redistribuée vers le sport amateur pour son développement. J'ai la conviction que cette mesure de solidarité répond à une forte attente.
Telles sont, Monsieur le président, les décisions et informations que je souhaitais porter à votre connaissance et, par votre intermédiaire, à celle des présidents de clubs de football de la Seine-Saint-Denis.
J'ajoute que, si vous le jugez utile, des membres de mon cabinet sont prêts à participer à une réunion de votre district.
Je vous prie de croire, Monsieur le Président, à l'assurance de mes salutations les plus cordiales.
(source http://www.jeunesse-sports.gouv.fr, le 20 mai 1999)

Rechercher