Déclaration de Mme Marylise Lebranchu, secrétaire d'Etat aux PME, au commerce et à l'artisanat, sur les entreprises des métiers d'art et sur les mesures gouvernementales en faveur de l'artisanat, Paris, le 26 mai 1999. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de Mme Marylise Lebranchu, secrétaire d'Etat aux PME, au commerce et à l'artisanat, sur les entreprises des métiers d'art et sur les mesures gouvernementales en faveur de l'artisanat, Paris, le 26 mai 1999.

Personnalité, fonction : LEBRANCHU Marylise.

FRANCE. SE aux petites et moyennes entreprises, au commerce et à l'artisanat

Circonstances : Assemblée Générale de la Société d'encouragement aux métiers d'art (SEMA), à Paris, le 26 mai 1999

ti : Vous avez à coeur, et je vous soutiens pleinement dans cette action, de mieux faire connaître les dispositifs de la formation, les différents outils liés à la création et au développement des entreprises des Métiers d'Art pour lesquels vous avez tellement d'enthousiasme.

La création du site Internet : la " SEMAthèque ", qui reposera sur un large partenariat ouvert notamment aux organismes consulaires et aux collectivités territoriales, renforcera votre capacité d'intervention auprès de tous les acteurs et pour le développement du secteur des Métiers d'Art.

Les nouveaux marchés qui s'ouvrent grâce à l'euro et à l'Internet sont à la portée des entreprises des Métiers d'Art.

Elles doivent se positionner sans complexe et mettre à profit les atouts dont elles sont riches. Les chiffres d'affaire à l'export du secteur des Métiers d'Art sont la preuve qu'elles se sont d'ores et déjà engagées dans cette voie qui doit être poursuivie.

Entreprises à taille humaine, les entreprises artisanales sont plus à même de s'adapter rapidement aux évolutions des marchés. Le Gouvernement les accompagne dans cette voie.

L'exigence de qualité, la créativité, le goût du " bien et du beau faire ", l'alliance ininterrompue des savoir-faire traditionnels et de l'innovation, tout ceci constitue de formidables et précieux atouts qui fondent le dynamisme du secteur des Métiers d'Art, méconnu ou trop souvent sous-estimé.

Il n'est pas de secteur qui ne mérite intérêt. Nul ne doit rester sur le bord du chemin. Le rôle de la SEMA est de permettre aux professionnels de mettre pleinement en valeur leurs potentialités.

Ils doivent trouver auprès d'elle des services compétents et structurés, capables d'apporter aide et conseil dans les nombreuses démarches qu'ils ont à entreprendre : emploi, transmission d'entreprise, information sur les filières de formation, développement local et accès à l'international.

Les exigences des consommateurs ont évolué, il en est de même des attentes des chefs d'entreprise et des jeunes qui choisissent un métier.

Je soutiens votre volonté de faire de la SEMA un outil au service de ce secteur économique à part entière. Les nouveaux services que vous développerez à partir du site Internet, permettront une approche globale à même de répondre aux attentes individuelles.

Avec tous ceux qui sont ici réunis, nous partageons la même ambition : amener plus loin les professionnels dans leur démarche de modernisation, faire rencontrer un jeune et un métier, faciliter les vocations et les réussites professionnelles. De la sorte, le secteur des Métiers d'Art apportera sa contribution à la création d'emplois, à l'accroissement de la richesse nationale et à la renommée de notre pays.

Avec le Premier ministre, et l'ensemble de mes collègues du gouvernement, j'ai à c¿ur d'améliorer l'environnement des PME, particulièrement des entreprises artisanales.

Les mesures qui sont déjà intervenues, celles qui sont en préparation, touchent tous les aspects de cet environnement :

- la réforme de la taxe professionnelle,

- la baisse des cotisations patronales, qui était une mesure très attendue,

- la simplification des formalités administratives, qui s'inscrit dans la durée,

- la réforme du répertoire des métiers, avec la création d'une section " Artisanat d'Art ",

La direction des Entreprises commerciales, artisanales et de services travaille à l'arrêté définissant la nomenclature des métiers. Il nous faut veiller à ne pas créer une réglementation supplémentaire dépourvue, en pratique, de valeur ajoutée pour les professionnels, et facteur de frein au dynamisme et à l'ouverture des Métiers d'Art. Il nous faut trouver un juste équilibre.

- la réforme de la formation des artisans.

Je ne peux toutes les citer ici.

Pour ce qui concerne plus spécialement l'artisanat, les " Initiatives pour l'Entreprise Artisanale ", que j'ai présentées en décembre dernier, proposent des mesures pour soutenir l'essor des entreprises en leur garantissant un cadre d'évolution bien adapté. Les métiers d'art ont toute leur place dans ce programme.

Ainsi, en ce qui concerne le soutien à l'innovation, j'ai souhaité que le territoire soit doté d'un maillage de pôles d'innovation. Ma visite au centre verrier de Vannes-le-Chatel m'a confortée dans ma conviction que les pôles d'innovation peuvent jouer un rôle déterminant pour le développement du secteur en sortant les professionnels de leur isolement.

L'apprentissage est une voie encore trop mal connue, et trop mal perçue surtout. Elle est pourtant une voie prometteuse pour beaucoup de jeunes en quête d'un métier, d'un projet valorisant, d'une passion. Les métiers d'art peuvent offrir tout cela.

Un mot, pour répondre à votre préoccupation concernant la suppression de l'aide à l'embauche pour les apprentis niveau Bac. Il s'agit d'une mesure de solidarité en faveur des jeunes les moins diplômés qui pour trouver un emploi, rencontrent plus de difficulté que d'autres qui ont eu la change de poursuivre leurs études, pour trouver un emploi.

Plusieurs mesures du programme initiatives pour l'entreprise artisanale visent à valoriser l'apprentissage notamment par une meilleure information. Votre site Internet pourra être un relais efficace.

Ici, au CFCE, j'ai réellement plaisir à vous parler de l'ouverture sur l'international qui constitue une voie de développement des entreprises artisanales, que les Métiers d'Art connaissent bien d'ailleurs.

Avec Jacques DONDOUX, nous avons souhaité la création d'un département spécialisé " Artisanat - petite entreprise " au sein du CFCE, afin de mettre à disposition les informations nécessaires à son développement.

Permettez-moi de remercier son Directeur, M. Gardère, ainsi que l'équipe qui anime ce nouveau département.

Nous renforcerons également les liens entre les délégués régionaux au commerce et à l'artisanat et les directeurs régionaux du commerce extérieur, pour être au plus près des entreprises. Les liens établis avec les pays francophones d'Amérique du Nord, le Québec, et du Maghreb notamment , participent de cette action.

Des actions seront conduites pour renforcer la relation de l'entreprise artisanale avec son territoire et favoriser la coopération inter-entreprise.

Pour cela, je vous ai bien entendu et j'entends encourager les professionnels des Métiers d'Art à jouer un plus grand rôle dans le développement local. Les Métiers d'Art, acteurs vivants de nos territoires en tant que lien social, d'attrait et d'image de la culture territoriale et nationale, doivent jouer un rôle grandissant. Cela peut se traduire, aujourd'hui, pour les Régions qui le souhaitent, par l'extension des programmes régionaux de développement des Métiers d'Art. A ce titre, la SEMA doit s'attacher à développer son action régionale, et je sais que telle est sa priorité.

Il faut également inciter les petites entreprises à travailler en réseau, à l'intérieur de leur territoire. Permettez-moi de saluer à cette occasion une initiative que vous connaissez bien dans le milieu des Métiers d'Art, je veux parler de l'Archipel des Métiers d'Art. Je souhaite que l'on parvienne, avec votre appui, à mettre en réseau sur l'ensemble de notre pays les pôles d'excellence de Métiers d'Art, afin d'impulser une véritable dynamique économique et touristique à travers un itinéraire Métiers d'Art en France.

Cette volonté se concrétisera prochainement par la signature d'une convention avec ma collègue Michelle Demessine, secrétaire d'Etat au Tourisme.

Trop d'entreprises disparaissent faute de repreneurs. Il y a là nécessité de corriger durablement cette situation, en amélioration l'information et l'accompagnement par exemple, en développement le diagnostic d'entreprise, et en réactivant les Contrats d'Installation et de Formation dans l'Artisanat. L'observatoire des entreprises rares à conserver, " OBERAC ", mis en place avec le ministère de la Culture, sera de la sorte plus opérationnel. En outre, j'ai chargé spécifiquement la SEMA de travailler à la mise en place de formations spécifiques pour assurer la transmission des savoir-faire dans les métiers menacés de disparaître.

Je partage, vous le savez bien, votre grande ambition pour les Métiers d'Art. Ils sont l'un des vecteurs fondamentaux d'un développement local qui respecte et valorise les spécificités territoriales. Soyez assurés de ma volonté de poursuivre, avec mes collègues du gouvernement Madame Trautmann et Monsieur Allègre notamment, et développer une politique exigeante en faveur des Métiers d'Art.

Outre les coopérations que vous conduisez depuis longtemps avec l'APCM et les organismes professionnels, les ministères de la Culture et de l'Education Nationale, je me félicite des nouveaux partenariats fructueux que vous engagez avec, notamment, les ministères de l'Emploi et de la Formation, du Commerce Extérieur.

La SEMA se doit de rassembler de plus en plus, pour jouer pleinement sa mission d'utilité publique, et je sais pouvoir compter sur vous pour assurer cette dynamique.

Le budget de mon secrétariat d'Etat assure très largement le financement de la SEMA dont la tutelle est assurée par la Direction des entreprises commerciales, artisanales et de services. Celle-ci assure, sous mon autorité, la conduite de la politique générale en faveur des métiers d'art, et je me félicite des conditions dans lesquelles elle intègre le rôle dévolu à la SEMA.

Au seuil d'un nouveau millénaire toutes les perspectives restent possibles, y compris celle que nous ne pouvons pas imaginer aujourd'hui. Je suis convaincue que l'homme apportera plus encore par l'art, et que notre pensée continuera ainsi à évoluer.

(source http://www.pme-commerce-arstisanat.gouv.fr, le 04 juin 1999)

Rechercher