Déclaration de M. Laurent Fabius, président de l'Assemblée nationale, sur l'organisation des Journées du Patrimoine à l'Assemblée nationale et la politique de communication au public, Paris le 6 septembre 1999. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Laurent Fabius, président de l'Assemblée nationale, sur l'organisation des Journées du Patrimoine à l'Assemblée nationale et la politique de communication au public, Paris le 6 septembre 1999.

Personnalité, fonction : FABIUS Laurent.

FRANCE. Assemblée nationale, président;FRANCE. PS

Circonstances : Lancement, le 6 septembre 1999 à l'Assemblée nationale, de la XVIème édition des Journées du patrimoine prévues les 18 et 19

ti : Madame la Ministre de la Culture, Mesdames et Messieurs,

Créées il y a 15 ans par Jack Lang, les Journées du Patrimoine ont immédiatement connu le succès. Dès sa deuxième édition, l'Assemblée nationale a participé à cette grande manifestation populaire. Depuis 1997, j'ai pu constater qu'avec plus de 20000 visiteurs, le Palais Bourbon est devenu je crois le premier site visité, pendant ces deux journées de rencontres entre les Français et leur patrimoine. Nous continuons et nous amplifions.

D'autant que, placées cette année sous le thème " Patrimoine et citoyenneté ", il est encore plus évident d'accueillir en ces murs cette initiative et Mme Catherine Trautmann, Ministre de la Culture et de la Communication, pour présenter les grandes lignes de ces journées. Il ne s'agit pas là d'un événement sans lendemain ni passé. Dans le cadre de notre politique d'ouverture, l'Assemblée nationale a contribué au succès de quelques grands rassemblements culturels de portée nationale : j'en citerai trois : la Fête de l'Internet, le Printemps des Poètes, et la Fête de la musique. Nous avons encore en mémoire les dizaines de milliers de spectateurs rassemblés devant les marches de l'Assemblée et sur le pont de la Concorde, pour applaudir le 21 juin dernier Jacques Higelin et Cheb Mami, avec vous, Madame la ministre.

Cet effort d'ouverture de l'Assemblée nationale est une préoccupation de chaque jour. L'Assemblée nationale se visite tout au long de l'année. Patrimoine et citoyenneté : l'an dernier, plus de 150000 visiteurs ont pu ainsi découvrir cette maison de la démocratie. Depuis bientôt un an, nous avons décidé d'ouvrir nos grilles, vers la place de la Concorde. Désormais, du haut de ces marches qui surplombent la Seine, chacun peut admirer l'un des plus beaux panoramas du monde.

Il y a une autre manière de faire vivre ce patrimoine, plus nouvelle technologiquement ; notre site Internet, qui est devenu aujourd'hui, par le nombre de ses consultations
(90000 visites par mois, 4 millions de pages consultées), le premier site institutionnel consulté de France. L'Assemblée met à profit les moyens les plus divers pour se rapprocher du citoyen : télévision de la séance et des réunions de travail que nous amplifierons l'an prochain avec la Chaîne Parlementaire, diffusion quasi instantanée des comptes rendus sur Internet, édition sur CD Rom des travaux des commissions d'enquête, mise en place d'une messagerie électronique, distribution de brochures thématiques, développement d'un service de renseignements téléphoniques immédiats¿

Je souhaite que les visiteurs, en découvrant ces bâtiments emblématiques de notre histoire de France, découvrent avant tout une institution vivante : vivante, grâce au dévouement de ceux, parlementaires et fonctionnaires, qui y travaillent.

Vivante grâce aux débats qui ponctuent la vie de la Nation. Outre la publication d'un compte rendu intégral des débats au Journal officiel, accessible sur le site internet de l'Assemblée, l'accès aux 273 places des tribunes réservées au public a été facilité : chaque année près de 55000 personnes franchissent ainsi les portes de l'Assemblée, pour assister aux débats.

Vivante grâce aux lois qui y sont votées, pour garantir nos droits, protéger nos libertés, approfondir notre démocratie.

Pour marquer les journées du Patrimoine de cette année et leur thème spécifique, nous montrerons à tous ceux qui nous visiteront trois documents extraordinaires :

- les manuscrits originaux de "l'Emile", des "Confessions" et du "Devin de village", ainsi qu'une édition originale du "Contrat social" de Jean-Jacques Rousseau ;

- une édition originale de "Qu'est-ce que le Tiers Etat" de Sieyès ;

A la veille du passage à l'an 2000, cette Assemblée nationale vivante, nous voulons aussi l'ouvrir vers le monde. C'est le sens de la réunion exceptionnelle qui aura lieu dans quelques semaines. Dans le cadre des célébrations de l'an 2000, plus de 300 très jeunes parlementaires, âgés de 14 à 16 ans, viendront en effet de plus de 170 pays, adopter, à Paris, dans l'hémicycle, au mois d'octobre, le Manifeste de la Jeunesse pour le XXIe siècle, qui sera présenté ensuite à l'Unesco et à l'ONU. Le premier de nos patrimoines communs, c'est la démocratie.


(source http://www.assemblee-nationale.fr, le 22 septembre 1999)

Rechercher