Déclaration de M. Jean Claude Gayssot, ministre de l'équipement, des transports et du logement, sur le plan de développement du réseau des transports en commun en région Ile de France, la politique tarifaire et l'amélioration des conditions de transport des passagers de ce réseau, Argenteuil, le 22 septembre 1999. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Jean Claude Gayssot, ministre de l'équipement, des transports et du logement, sur le plan de développement du réseau des transports en commun en région Ile de France, la politique tarifaire et l'amélioration des conditions de transport des passagers de ce réseau, Argenteuil, le 22 septembre 1999.

Personnalité, fonction : GAYSSOT Jean-claude.

FRANCE. Ministre de l'équipement, des transports et du logement

Circonstances : Inauguration de la nouvelle gare routière d'Argenteuil, le 22 septembre 1999

ti : Monsieur le Maire,
Monsieur le Député,
Monsieur le Président du Conseil Régional,
Monsieur le Président du Conseil Général,
Monsieur le Président du Syndicat des Transports Parisiens,
Messieurs les Présidents des entreprises de transport,
Mesdames et Messieurs,

C'est avec plaisir que je me retrouve à Argenteuil pour inaugurer la nouvelle gare routière, à une date symbolique, celle de la journée "En ville, sans ma voiture ?", moment fort s'il en est de la semaine des transports publics, événement maintenant traditionnel de la rentrée.

Vous savez ma détermination et celle du gouvernement en ce domaine en faveur de la qualité de la vie. Elle se concrétise ici, à Argenteuil, par les réalisations que nous inaugurons aujourd'hui. Parce que la gare SNCF d'Argenteuil, point de correspondance sur la ligne de Paris Saint-Lazare à Mantes-la-Jolie par Conflans et terminus d'une branche de la ligne C du RER, accueille chaque jour 40.000 voyageurs, la municipalité a souhaité réorganiser les abords de cette gare en créant un véritable pôle d'échanges fonctionnel comprenant une gare routière, un parc de stationnement régional et un accès à la gare accueillant et accessible aux personnes à mobilité réduite.

Permettez-moi sur ce dernier point d'ouvrir une parenthèse. Je sais bien que si la gare routière est accessible aux personnes à mobilité réduite, il n'en va pas de même pour la gare ferroviaire dont un seul des quais bénéficie d'une telle accessibilité. Toutefois, cette situation est appelée à évoluer car la gare d'Argenteuil fait partie du programme du STP de mise en accessibilité du réseau ferré composé de 81 gares. Elle a même classée parmi les gares à équiper en première étape.

Quoi qu'il en soit, je voudrais vous assurer de ma détermination totale de favoriser une réelle intégration à la société de toutes les personnes handicapées grâce à une approche globale et pragmatique du problème de l'accessibilité des transports en commun, passant à la fois par une application rigoureuse des textes existants et par une grande vigilance quant à la maintenance en état de marche des installations disponibles ainsi que par une amélioration de la formation des agents des transporteurs en contact avec les personnes handicapées. J'ai d'ailleurs à cet effet chargé le Conseil général des ponts et chaussées de réaliser un état des lieux et de remettre vers la fin de l'année un rapport formulant des propositions qui n'auront d'autre objet que d'améliorer significativement la situation.

Pour financer cette opération, d'un coût de 35 MF, la région Île-de-France et le Syndicat des transports parisiens se sont mobilisés, le complément provenant du Conseil général du Val d'Oise (2,8 MF) et de la municipalité d'Argenteuil (4,5 MF). Cette réalisation a reposé sur un travail de conception, pour lequel le STP, la Région et les acteurs locaux doivent être félicités.

Créer de nouvelles infrastructures là où les transports en commun sont absents est absolument nécessaire, mais ce n'est pas suffisant. Il faut également accorder une extrême attention aux investissements tournés vers la qualité de service : information des voyageurs, confort, accessibilité, propreté, sûreté, multi-modalité, fluidité.

Nous sommes ici en parfaite concordance avec les objectifs du Plan de déplacements urbains.

Dans ce cadre, en matière de multimodalité, un réseau principal, reliant les gares ferrées et routières les plus importantes, sera défini. Il nous faut renforcer l'attractivité des transports collectifs en favorisant les rabattements sur ces gares. Les actions porteront non seulement sur leurs abords, mais aussi sur l'intérieur, avec l'amélioration de l'information, de la signalétique et le renforcement de la présence humaine.

Je veux vous dire très sincèrement qu'en ce domaine, ce que vous avez mis en place ici constitue à mes yeux une véritable préfiguration du souhaitable pour l'avenir.

Toutes ces actions en faveur de la qualité de service sont déterminantes.

Vous savez l'ambition de la SNCF. Elle a un véritable projet pour l'Île-de-France que le Président GALLOIS a présentée lundi dernier. Nous voulons absolument gagner le pari de l'utilisation des transports en commun.

Grâce au confort :

Le matériel plus ancien cédera progressivement la place à des voitures susceptibles de répondre aux exigences de confort d'aujourd'hui.

Les gares feront l'objet de petits et grands chantiers, tous orientés vers le confort et l'agrément des voyageurs. Elles deviendront des espaces de vie, grâce à l'implantation de commerces.

Grâce à l'augmentation des effectifs :

La présence humaine y sera renforcée : dès cette année, 90 gares supplémentaires resteront ouvertes jusqu'au dernier train. Un effort tout particulier sera bien évidemment apporté à l'information des voyageurs : 300 gares seront équipées d'ici 2001 d'écrans sur les quais pour annoncer l'heure réelle de passage des trains.

Le dernier "baromètre image" réalisé par le Syndicat des Transports Parisiens montre que la principale attente des franciliens est de voyager en sécurité : 63 % d'entre eux considèrent que cette question est primordiale.

Vous le savez des mesures ont été décidées par le gouvernement en décembre 1997.

Certaines visent à promouvoir la prévention, essentiellement en réhumanisant les réseaux de transport.

Un deuxième volet de mesures concerne les financements nouveaux d'équipements de sécurité. Les subventions ont été augmentées pour aider les entreprises de transport à mieux se défendre contre les agressions. Il s'agit notamment, des dispositifs de vidéo-surveillance, et de radiolocalisation. En Île-de-France cet effort -de l'ordre de 300 MF par an jusqu'en 2001- montre bien la réalité de l'engagement solidaire de tous les partenaires, qu'il s'agisse du Conseil régional d'Île-de-France sous l'impulsion de mon ami Jean-Paul HUCHON, du Syndicat des transports parisiens et des transporteurs.

Grâce à une politique tarifaire attractive :

Je n'oublie pas en effet qu'il y a des domaines qui relèvent d'un niveau plus global, telle la politique tarifaire. A cet égard, les initiatives se sont multipliées depuis deux ans. La volonté des pouvoirs publics de promouvoir une politique tarifaire attractive a été clairement affirmée.

Ainsi depuis le 1er septembre 1999, les usagers des lignes de tramway et de bus de la RATP en banlieue utilisent désormais un seul billet par voyage, quelle que soit la distance parcourue.

Pour les usagers de la grande couronne, il y a également une baisse des tarifs puisque depuis deux ans ceux-ci sont restés stables et que nous venons d'allonger les paliers tarifaires de 5 à 12,5 km, c'est-à-dire la distance pour un deuxième ticket. Désormais en grande couronne, 80 % des voyageurs n'utilisent qu'un seul billet.

A cette réduction des prix et simplification s'ajoute la disparition de la 1ère classe, qui permettra aux voyageurs de se répartir plus harmonieusement dans l'ensemble des voitures.

Par ailleurs, les tarifs de la SNCF n'ont progressé que de + 1 %. Quant à la carte orange, la variation a été différenciée afin d'inscrire cette tarification dans la démarche que j'ai souhaitée, de rééquilibrer les prix entre Paris et les autres départements de la périphérie, en faveur de ces derniers.

La carte Imagine R, décidée l'an passé par l'État en partenariat avec la Région et les départements de l'Île-de-France, connaît un grand succès. Cette carte attribuée aux collégiens, lycéens et étudiants permet aux familles d'économiser jusqu'à 50 % du prix du transport. L'an passé il y a eu 370 000 bénéficiaires et nous pensons cette année approcher les 450 000 abonnés. Je rappelle que cette innovation tarifaire s'adresse à 1,6 millions de jeunes scolarisés en Île-de-France.

Auparavant, nous avions crée le chèque mobilité. Avec ce dispositif, 270 000 demandeurs d'emplois et allocataires du RMI percevront, cette année, entre 700 francs et 1 400 francs de ticket gratuit de transport appelé chèque mobilité.

Les résultats de cette politique sont d'ailleurs au rendez vous puisque depuis deux ans, le trafic ne cesse de progresser. Ainsi, sur les réseaux de la RATP et la SNCF Île-de-France, nous constatons un rythme d'augmentation de 3,5 % par an. Les tendances enregistrées par le passé sont donc totalement inversées.

L'intérêt que j'ai pris à la visite du pôle d'échanges d'Argenteuil ne me fait pas oublier que ce secteur est concerné par un certain nombre de projets ferroviaires lourds. C'est d'ailleurs pour moi l'occasion de dissiper un certain nombre d'inquiétudes. Elles concernent -vous l'aurez deviné- la tangentielle Nord. Je peux vous affirmer que tous les partenaires concernés, qu'il s'agisse de l'État, de la Région, avec mon ami Jean-Paul HUCHON, du STP, de la SNCF, de Réseau Ferré de France ou des communes, travaillent d'arrache-pied sur ce dossier, afin qu'il soit réalisé rapidement. La rédaction du schéma de principe de la liaison Sartrouville-Noisy-le-Sec est en cours ; il devrait être prêt d'ici la fin de l'année. Le projet, pourra être approuvé dans la foulée. Permettez-moi de vous dire tout l'intérêt que j'attache à cette liaison. Elle est emblématique de l'infléchissement qu'il convient d'apporter à la politique des transports en réalisant des liaisons ferroviaires de rocade, assurant un maillage avec le réseau express régional.

Je sais que vous suivez également avec beaucoup d'attention le projet de liaison Ermont-Saint-Lazare via Argenteuil qui nécessite de doubler le pont d'Argenteuil en créant deux voies supplémentaires.

La suppression de ce goulet d'étranglement permettra d'améliorer significativement le cadencement des trains desservant la banlieue Nord-Ouest : on retrouvera en effet, sur la ligne Paris-Conflans un cadencement amélioré de 25 % (20 minutes au lieu de 25 actuellement) ; sur la nouvelle liaison Ermont-Saint-Lazare via Argenteuil, la fréquence sera d'un train toutes les 10 minutes en heures de pointe.

Je voudrais enfin souligner combien les pouvoirs publics son attentifs à la situation des transports publics sur le territoire des communes d'Argenteuil, Bezons et Sartrouville, qu'il s'agisse du réseau R-bus ou de la RATP. Roger OUVRARD, les maires des communes concernées ainsi que Robert HUE, Député de la circonscription m'ont sollicités à plusieurs reprises.

La situation du réseau R-bus, qui dessert des quartiers en difficultés, est fragile puisque le déficit financé par les collectivités locales s'élève à 6 millions de francs par an. Alors que ce réseau dispose d'importantes marges de progrès en terme d'amélioration de la vitesse commerciale, de qualité de service et donc de reconquête des voyageurs. Ces marges sont parfaitement identifiées au niveau régional.

Un programme de développement, appelé CITEAL, a été élaboré par la Société TVO et les communes, avec le soutien du STP. Il prévoit sur une durée de 5 ans, des engagements entre les trois partenaires, tant pour les investissements que pour l'amélioration de l'exploitation.

Pour mettre en ¿uvre ce programme dont les résultats ne pourront être que progressifs, et alléger au démarrage les charges des communes, j'ai demandé au STP de préparer en liaison avec les collectivités et la société TVO un contrat de progrès. Celui-ci sera signé prochainement entre les communes, la société TVO et le STP. Il prévoira l'apport d'une contribution financière du STP à l'exploitation du réseau, limitée dans le temps et dégressive, sur une durée de 5 ans.

Toutes ces actions augurent bien de l'avenir.

Je vous remercie de votre attention.


(Source http://www.equipement.gouv.fr, le 5 octobre 1999)

Rechercher