Déclaration de M. Lionel Jospin, Premier ministre, sur les contrats locaux de sécurité et le développement de la police de proximité, Les Ulis (Essonne) le 15 novembre 1999. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Lionel Jospin, Premier ministre, sur les contrats locaux de sécurité et le développement de la police de proximité, Les Ulis (Essonne) le 15 novembre 1999.

Personnalité, fonction : JOSPIN Lionel.

FRANCE. Premier ministre

Circonstances : Déplacement de M. Lionel Jospin dans les banlieues d'Ile-de-France, aux Ulis (Essonne) le 15 novembre 1999

ti : Monsieur le Maire,
Monsieur le Ministre,
Messieurs les Parlementaires,
Monsieur le Président,
Mesdames, Messieurs,

Je me réjouis d'être dans la commune des Ulis et dans le département de l'Essonne, pour la première partie de cet après-midi consacrée aux questions de sécurité et à la police nationale. Le conseil général développe une politique active en matière de sécurité. C'est ainsi, Monsieur le Président Michel Berson, que vous avez signé en juin dernier avec le ministre de l'intérieur, M. Jean-Pierre Chevènement, qui m'accompagne aujourd'hui et avec le ministre de l'équipement, du logement et des transports, M. Jean-Claude Gayssot, un important contrat départemental de sécurité dans les transports. Votre politique peut trouver un appui dans celle de la région Ile-de-France, dont je salue le vice-président du conseil régional, chargé de la sécurité, M. Julien Dray, député de l'Essonne. Elle intervient en soutien des initiatives prises en matière de sécurité par les maires ; je viens ainsi de prendre connaissance de l'opération GENOVEBUS, il y a quelques minutes, à Sainte-Geneviève-des-Bois.

Les collectivités locales de l'Essonne peuvent compter sur le concours des services de l'Etat, qui a la responsabilité de la sécurité publique. Mon Gouvernement, vous le savez, a depuis deux ans et demi mis en oeuvre une politique déterminée pour faire reculer l'insécurité sous toutes ses formes et particulièrement les violences urbaines.

J'aurai l'occasion à Vélizy, devant les représentants de tous les services de la police nationale, de m'exprimer sur cette politique et les moyens qui lui sont consacrés. Je voudrais maintenant évoquer plus particulièrement la police de proximité.

Dans quelques instants, Monsieur le Maire, nous allons signer le contrat local de sécurité de la commune des Ulis. Ce sera le 303ème. Je ne suis pas sûr que l'on ait prévu à l'origine que la formule aurait un tel succès. Celui-ci s'explique par le fait que le contrat local de sécurité apparaît comme un outil précieux pour la police de proximité. En associant à son élaboration et à son suivi la municipalité, le parquet, la police nationale, d'autres services de l'Etat et le réseau associatif, il est un facteur de prise de conscience et de responsabilisation pour tous ceux qui ont un rôle en matière de sécurité et pour toute la population.

Il se trouve que les Ulis sont aussi l'un des cinq premiers sites d'expérimentation de la police de proximité, c'est-à-dire de la nouvelle organisation de la police nationale pour que la police urbaine soit vraiment à l'écoute de nos concitoyens.

Le taux de la délinquance aux Ulis reste trop élevé, même si vous avez pu constater une diminution des faits constatés, passés de 2424 en 1997 à 2052 en 1998, soit une diminution de 15 %. La situation des Ulis et des communes voisines, puisque l'expérimentation de police de proximité concerne aussi les communes limitrophes d'Orsay et de Bures-sur-Yvette, justifiait donc le choix de ce site expérimental.

Le service de police de proximité aux Ulis est opérationnel depuis septembre dernier. Il résulte d'un projet élaboré dans une démarche concertée. Le dispositif qui a été retenu comporte d'abord une nouvelle organisation territoriale, qui favorise la répartition des moyens par quartiers. C'est ainsi qu'ont été créés deux secteurs pour la communes des Ulis et un pour les deux autres communes. Chacun des secteurs est attribué à un officier qui a la responsabilité directe de la police de proximité. Afin de rendre plus aisé le contact avec la population, la police propose des services nouveaux comme la prise des plaintes à domicile, le suivi quotidien des plaignants ou des rendez-vous programmés dans certains lieux publics. Les policiers affectés au service de police de proximité sont plus polyvalents. Ils bénéficient ainsi d'actions spécifiques de formation. Le traitement judiciaire des plaintes est effectué en temps réel.

J'ai pu, avant de venir dans la mairie, m'entretenir en ville avec des policiers de proximité, îlotiers et VTTistes, ainsi qu'avec des fonctionnaires de la CRS n°5, en action de fidélisation. J'ai pu constater leur motivation et, m'a-t-il semblé, la satisfaction de la population.

Le succès des expérimentations de police de proximité, que les prochaines assises de la police de proximité, en mars 2000, confirmeront, conduiront le Gouvernement à généraliser cette formule, dans les trois prochaines années.

Police de proximité, contrat local de sécurité, contrat départemental de sécurité, sont autant d'actions partenariales de sécurité entre l'Etat et les collectivités.

Je me félicite que le département de l'Essonne y ait autant recours et je suis heureux, M. le Maire, de participer à ce mouvement en signant maintenant avec vous et le ministre de l'intérieur le contrat local de sécurité pour la commune des Ulis. Il faudra veiller à son suivi et à son évaluation. Je lui souhaite un plein succès.

(source http://www.premier-ministre.gouv.fr, le 18 novembre 1999)

Rechercher