Conseil des ministres du 7 juillet 1999. Construction d'un espace européen de l'enseignement supérieur. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Conseil des ministres du 7 juillet 1999. Construction d'un espace européen de l'enseignement supérieur.

Personnalité, fonction : ALLEGRE Claude.

FRANCE. Ministre de l'éducation nationale, de la recherche et de la technologie

ti : Le ministre de l'éducation nationale, de la recherche et de la technologie a présenté une communication sur la construction d'un espace européen de l'enseignement supérieur.
Le 19 Juin 1999, à Bologne, 29 ministres européens chargés de l'enseignement supérieur ont adopté une déclaration commune étendant à l'ensemble du continent européen les principes définis, à l'initiative de la France, par la déclaration de la Sorbonne du 25 mai 1998.
1.- Afin de développer les dimensions culturelle, intellectuelle et technologique de l'Europe, cette déclaration prévoit notamment :
- une architecture commune de référence pour les formations, sur la base de cursus et de diplômes internationalement comparables. Cette architecture est fondée essentiellement sur deux cursus, avant et après la licence ;
- la généralisation progressive de l'organisation des enseignements en unités capitalisables et en semestres pour faciliter la mobilité et la validation des acquis ;
- la suppression des principaux obstacles à la mobilité pour les enseignants et les étudiants ;
- un effort particulier pour introduire la dimension européenne dans les formations.
2.- Une concertation approfondie a été menée en France pour élaborer un plan de mise en oeuvre de cette architecture commune :
- un grade nouveau, " le mastaire ", sera créé à Bac+5. Il sera conféré à tout titulaire d'un diplôme à Bac+5 faisant l'objet d'une habilitation par l'Etat (DESS, DEA, titre d'ingénieur diplôméà) ou de titres ou diplômes de niveau analogue délivrés au nom de l'Etat.
Le mastaire ne se substituera pas aux diplômes existants, mais offrira, pour la première fois, une référence commune aux universités et aux grandes écoles. Il rendra ainsi plus facilement perceptible à l'étranger le cursus français postérieur à la licence et favorisera les passerelles entre les diverses filières de formation.
- une licence professionnelle sera créée pour compléter l'éventail des diplômes à Bac+3, les premières formations étant ouvertes à la rentrée 2000 ;
- des mesures complémentaires seront prises notamment pour développer l'apprentissage des langues vivantes étrangères, favoriser la mobilité des étudiants et les coopérations transnationales entre les établissements.
La présidence française de l'Union européenne au second semestre de l'an 2000 sera l'occasion privilégiée de donner à l'enseignement supérieur européen une impulsion nouvelle.

Rechercher